Pas besoin des souliers de Félix Leclerc pour traverser la Mauricie. Toutefois, il n’est pas interdit de fredonner la chanson pour voyager de La Tuque à Shawinigan avant d’aller découvrir la très « confluente » (vous la pognez?) ville de Trois-Rivières. Que vous portiez des crocs, des bottes, des sandales ou bien des chaussures de course, laissez-moi vous guider vers trois lieux culturels dirigés par des passionnés.

Filozen Café
811, avenue de Grand-Mère, Shawinigan

Le Filozen Café de Shawinigan est un bel exemple d’aménagement basé sur le concept de l’esprit communautaire. Quatre salles aux vocations différentes (dont une salle de réunion et une section pour enfants) permettent d’accueillir une clientèle des plus variées. Parmi elles, l’espace café est le lieu où l’on vient traîner, travailler sur son portable, discuter entre amis et, même, manger son lunch! Vous avez bien lu : quiconque achète une boisson est libre d’apporter (ou de se faire livrer) sa nourriture. De plus, les amateurs de puzzles seront ravis, car on trouve dans le café un coin dédié à la réalisation collective de casse-têtes. Le client qui pose la dernière pièce gagne une consommation!

C’est dans la section cabaret (40-70 places) qu’ont lieu les concerts et conférences. Le propriétaire, Stéphane Daoust, conçoit lui-même la programmation. Artiste transdisciplinaire, il fait une place autant à la musique qu’à la photographie ou à la peinture. Le Filozen accueille sur sa scène des artistes émergents ou connus issus de divers styles musicaux : folk, blues, jazz, etc. De plus, chaque mercredi, le café offre gratuitement un spectacle Nuevo Flamenco, alors que les dimanches après-midis sont réservés à des prestations acoustiques. Par ailleurs, chaque mois a lieu un vernissage pour inaugurer l’exposition d’un nouvel artiste ou collectif.

Complexe culturel Félix-Leclerc
725, boulevard Ducharme, La Tuque

Propriété de la ville de La Tuque, le Complexe culturel Félix-Leclerc est géré par la très dynamique Corporation du développement des arts et de la culture (CDAC), dont la mission est de promouvoir lesdits arts et culture sur le territoire de l’agglomération de La Tuque. L’un des grands objectifs des dirigeants est de faire du Complexe un lieu accessible à tous. On peut donc le fréquenter pour profiter des différents événements, mais aussi pour y suivre des cours de musique, de chant et de danse ou encore pour socialiser devant des jeux de société.

Du symposium de peinture aux soirées d’improvisation en passant par des spectacles de slam/poésie ou des pièces de théâtre, on s’assure qu’il y en a pour tous les goûts. La programmation musicale, très variée, comprend des artistes connus tout en faisant une place à l’émergence de la région et de la province : de la Latuquoise Sophie Villeneuve au Trio BBQ, la musique résonne dans tous les styles. De temps à autre, des spectacles ont lieu hors les murs, dans l’accueillante microbrasserie La Pécheresse, un autre lieu à découvrir.

Enfin, parce que le Complexe culturel Félix-Leclerc est le lieu de tous les rendez-vous, il comprend aussi un espace cinéma, où sont présentés des films populaires du moment. Surveillez la programmation pour ne pas manquer le jour de leur projection!

La P’tite Brûlerie/ L’histoire sans fin
363, rue Laviolette, Trois-Rivières

La P’tite Brûlerie a ouvert ses portes il y a six ans au centre-ville de Trois-Rivières. Depuis, elle fait partie des lieux conviviaux que visite un public varié. Des étudiants y passent des heures à travailler à l’ordinateur alors que divers travailleurs y font un passage sur l’heure du dîner pour profiter du menu paninis et salades.

Depuis trois ans, la propriétaire Céline Brisson s’est associée à l’auteur trifluvien Guy Marchamps, qui a ouvert à même l’établissement la librairie d’occasion L’histoire sans fin. C’est ainsi que les habitants de Trois-Rivières et des environs ont pu renouer avec le plaisir perdu (depuis la fermeture de Clément Morin) de bouquiner tout en prenant un café. Libres à eux d’acheter ou de lire sur place, sinon de faire la lecture des premières pages d’un roman avant d’effectuer leur choix.

De plus, La P’tite Brûlerie/L’histoire sans fin ouvre parfois ses portes en soirée dans le cadre d’événements spéciaux. Elle se fait ainsi l’hôte de lancements de livres — l’auteur et slameur David Goudreault y a d’ailleurs fait deux passages — ou encore de spectacles musicaux. Une belle occasion de découvrir des artistes originaires de la région.

Christine Turgeon

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :