Mercredi soir, à l’Olympia, avait lieu le tout premier gala du Prix des Libraires du Québec. C’est à cette occasion que les six titres lauréats d’un des plus prestigieux prix du Québec ont été remis. Au fil des vingt-cinq années d’existence du Prix des Libraires, des catégories se sont ajoutées pour former six catégories : Essai québécois, Poésie québécoise, Bande dessinée hors Québec, Bande dessinée québécoise, Roman hors Québec et bien sûr, Roman québécois.

C’est aussi l’occasion de l’Association des Libraires du Québec d’offrir son prix d’excellence à un libraire afin de souligner son travail d’exception. Cette année, c’est à Olivier Boisvert, de la librairie Marie-Laura de Jonquière, que reviennent les honneurs. Félicitations!

Alors quels livres de 2017 ont été couronnés grands gagnants? Voici les lauréats.

Dans la catégorie « Essai québécois », c’est à Jonathan Durand Folco qu’est revenu le prix pour son essai À nous la ville -Traité de municipalisme paru chez Écosociété. L’essai a su convaincre le comité de sélection avec son analyse juste de la condition des villes québécoises appuyée sur une théorie d’envergure.

C’est sans grande surprise René Lapierre avec son recueil de poésie Les adieux, paru aux Herbes rouges qui a remporté dans la catégorie « Poésie québécoise ». Déjà récipiendaire du Grand Prix du livre de Montréal, Lapierre voit son recueil colossal récompensé une deuxième fois. Tenter de répondre à la question : « Qu’est-ce que l’amour? » n’est pas une mince affaire, mais c’est pourtant le défi que le poète s’était lancé et qu’il a par la suite relevé.

Pour le prix de « Bande dessinée hors Québec » , le prix est revenu à Bastien Vivès pour sa bande dessinée Une soeur (Casterman), et c’est à Julie Rocheleau pour Betty Boob, aussi publiée chez Casterman qu’a été remis le prix pour la bande dessinée québécoise.

Dans la catégorie « Roman hors Québec », le prix a été décerné à Jonas Gardell pour son magistral roman N’essuie jamais de larmes sans gants publié chez Gaïa. Le roman phénomène ne cesse d’émouvoir et de bouleverser les lecteurs depuis sa parution. D’ailleurs, la maison d’édition Alto publiera le roman en format Coda dans quelques semaines seulement, de quoi renouveler le plaisir de lecture pour la période estivale.

La catégorie tant attendue est sans aucun doute celle du roman québécois. Cette année, l’heureux élu est Christophe Bernard pour son roman absolument fantastique La Bête creuse publié au Quartanier. Un premier roman ambitieux certes, mais qui a comblé en tout point les libraires ainsi qu’une grande majorité de lecteurs. Dans une langue riche, des aventures toutes plus palpitantes les unes que les autres, dans le décor enchanteur de la Gaspésie, La Bête creuse marquera pour longtemps le paysage littéraire québécois.

Félicitations aux gagnants!

– Elizabeth Lord

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :