Illustration: Benny Montgomery Graphisme : Nathaniel Winter-Hebert

Montréal est une ville qui s’occupe de ses cinéphiles. Avec le festival des Films du Monde, le festival du Nouveau Cinéma, le festival Fantasia, le festival Image+Nation, le festival Vues d’Afrique, le festival de cinéma latino-américain, le festival international du film pour enfants, les rendez-vous du cinéma québécois, les rencontres internationales du documentaire de Montréal et le festival Cinemania (pour n’en nommer que quelques-uns), chacun est assuré de trouver projections à son goût. À cette pléthore de propositions, s’ajoutera cette année un premier Festival de films féministes de Montréal (le FFFM), qui se tiendra du 20 au 23 avril 2017.

L’idée est née d’un collectif mené par Magenta Baribeau et Ariane Caron-Lachance. La volonté du festival est d’offrir une vitrine à la pluralité des voix féministes en mettant de l’avant les marginalisés. Ainsi, le festival se découpe en 3 soirées de projections de courts métrages issus d’une dizaine de pays différents. La programmation s’articule autour du cinéma autochtone, de la question identitaire, du documentaire, du cinéma LGBT et du cinéma black. On peut également assister à un atelier «Faire un film DIY avec peu de budget» (si ça vous intéresse, il faut vous inscrire vite, les places sont limitées).

Les soirées seront gratuites, mais une contribution volontaire sera demandée. Il s’agit d’une occasion extraordinaire de s’exposer à des réalités qui nous sont étrangères, à des questions rarement posées et de s’ouvrir à l’autre pour y découvrir un peu de soi.

Rose Normandin

Le Festival de films féministes de Montréal, du 20 au 23 avril 2017. Pour voir la programmation, c’est ici.

À DÉCOUVRIR AUSSI :