La littérature jeunesse, c’est un lieu de rencontre unique, une passerelle entre l’enfance et l’âge adulte. C’est l’occasion de s’évader dans l’imaginaire d’autrui. C’est le plaisir partagé, décuplé. Afin d’en apprendre un peu plus sur les artisans de petits bonheurs qui se cachent derrière les albums, documentaires et romans jeunesse préférés de nos minis (et les nôtres, avouons-le!), Les Méconnus vous propose une nouvelle série de mini-entretiens.

Un matin, Phil trouve une boîte sur le pas de sa porte. Intrigué, il l’ouvre. À l’intérieur, un chat noir et blanc se dresse sur ses pattes arrière. Phil est étonné, mais ce chat debout lui réserve bien d’autres surprises! »

Ahhh, Peter…Quel personnage fascinant et attachant. Si ce n’était des allergies à la maison, on voudrait bien être famille d’accueil pour ce Peter! On comprend Phil de s’en faire un ami. Car, oui, à travers les pitreries et prouesses de Peter, c’est une belle histoire d’amitié qui est mise de l’avant ici, une amitié où la différence est acceptée d’emblée, un peu naïvement, sans jugement. D’ailleurs, les particularités du joli minou sont présentées sous un jour avantageux. Peter peut-il chasser les souris? Sait-il grimper aux arbres? Que nenni! Peter sait faire des massages et il danse! Et ça c’est rigolo et pas mal cool.

Le texte humoristique de Nadine Robert arrive à créer, grâce à ses courtes phrases simples et décomplexées, un rythme et une répétition qui, jumelés aux dessins de Jean Julien, dynamisent la lecture. On vous avait déjà glissé un mot des illustrations de Jean Julien ici ; plus qu’un simple écho au texte, celles-ci sont vibrantes, contrastantes et témoignent aisément, en quelques coups de crayons, du caractère de Peter.

Vraiment, à n’en point douter, ce chat fort singulier et sa bouille sympathique vous charmeront. Bref on craque pour cet album et on a eu le plaisir de s’entretenir avec son auteure, Nadine Robert, qui est également éditrice chez Comme des géants.

Phil n’a jamais vu de chat debout. Mais qu’importe, il rêve depuis toujours d’avoir un chat.» 

D’abord, brisons la glace : es-tu plus chat ou chien?

Sans grande surprise, je suis « team minou »!

Peter ne peut s’empêcher de se dandiner dès qu’il entend sa chanson préférée. On se demande bien c’est laquelle! Sinon, on peut connaître la tienne?

Peter est un mélomane aguerri, mais sa toune préférée pour danser, c’est Hey Ya! d’Outkast. La mienne? Difficile de choisir, mais je ne peux pas résister à Bizarre Love Triangle de New Order.

La toune du chat :

La toune de l’auteure :

Tu t’es associée à Mathieu Lavoie en 2013 pour fonder la maison d’édition Comme des Géants. Depuis vous enchaînez les succès avec la publication d’albums de qualité qui font l’unanimité dans plusieurs cercles. D’ici la fin 2017, vous compterez 31 publications à votre catalogue. Quels sont les principaux défis pour un auteur et/ou un éditeur en 2017?

Les défis pour un auteur et un éditeur peuvent parfois se ressembler. À chaque projet de livre, il faut travailler à améliorer son travail d’écriture ou son travail éditorial. Comme auteure, il faut être pertinente, c’est-à-dire se demander pourquoi on écrit un énième livre. Qu’apporte-t-il de nouveau? Il faut également se poser ces questions comme éditeur. Même s’il y a des liens à faire entre mes albums, j’essaie d’explorer de nouvelles avenues et je m’efforce de me renouveler à chaque projet. Comme éditeur, le défi est de construire un catalogue cohérent, de qualité, sur le long terme. Il faut être très rigoureux dans la sélection des projets.

D’ailleurs, comment ça se gère au quotidien la double fonction d’auteur et d’éditeur?

Je consacre la plus grande partie de mon temps à mon métier d’éditrice. Les projets d’auteure mijotent plusieurs semaines dans ma tête, parfois des mois. Je les mets souvent à plat pendant mes vacances ou les soirs, après mes journées de travail. Ce sont des moments distincts du travail éditorial. Il ne m’est jamais arrivé d’interrompre mon travail le jour, pour me plonger dans l’écriture.

Cela dit, je note souvent des idées dans des petits carnets, à tout moment de la journée. Lorsqu’il s’agit de faire le travail éditorial sur mes albums, j’ai un « lecteur privilégié » qui me fait toujours une première direction éditoriale. Par la suite, c’est mon associé, Mathieu Lavoie, qui fera une lecture critique de mes manuscrits. Je retravaille ensuite mes textes en fonction de ces commentaires.

Il s’agit de ton quatrième livre publié chez Comme des Géants, après Le vaillant petit gorille, Le grand livre des petits trésors et Au-delà de la forêt. Pour chacun d’entres eux, tu t’es associée à des illustrateurs différents. Quel est le processus choisir tes collaborateurs?

Mathieu et moi avons choisi de ne publier qu’un livre par année (en tant qu’auteur) au sein de Comme des géants. Pour le choix des illustrateurs, la plupart du temps il s’agit de coups de cœur personnels. J’ai souvent une idée très précise du style d’illustrations que je souhaite pour mes projets de livre. Habituellement, c’est assez simple. J’envoie le manuscrit à l’illustrateur pressenti et j’attends sa réponse.

Pour Peter le chat, ça a été un peu différent. C’est le travail de l’illustrateur qui m’a inspiré l’histoire. Nous voulions collaborer à nouveau avec Jean Jullien qui a signé l’album Ralf, en 2014. Je m’étais donné comme contrainte d’écrire quelque chose qui allait mettre en valeur son travail graphique, tout en proposant une histoire inspirée de mon enfance. Petite, j’avais une chatte qui donnait naissance à 2 ou 3 portées de chatons par année. À chaque naissance, je souhaitais secrètement que l’un des chatons ait un «super-pouvoir» ou une habilité que les autres chatons n’avaient pas. Un rêve d’enfant, tout bête!

Est-ce que les livres ont toujours occupé une place importante dans ta vie? Enfant par exemple, avais-tu des préférés?

Quand j’étais jeune, tous les livres m’intéressaient. Les bandes dessinées, les documentaires, les dictionnaires, les Atlas, tout! Je pouvais passer des heures à tourner les pages des livres qui se trouvaient dans la bibliothèque familiale ou celle de ma grand-mère. J’ai toujours eu une préférence pour les livres illustrés, parce que j’aime autant lire ce qui est raconté dans les images que dans le texte.

Enfin, peux-tu nous suggérer trois livres (jeunesse ou pas) pour nos lecteurs ?

Juste trois! OK. Dans mes beaux souvenirs d’enfant, la série du Prince de Motordu de Pef, la bande dessinée Philémon de Fred, et pour les plus grands, Quartier lointain, de Jiro Taniguchi.

Peter, le chat debout, Nadine Robert, Jean Jullien, Comme des géants, 2017, à partir de 3 ans.

Mona Lacasse

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :