Photo : Audrée Favreau

C’est hier qu’avait lieu la première journée de la première édition du Mile Ex End. Premier festival de musique de septembre (à Montréal, parce que salut les amis au FME en Abitibi!), après un été bien garni et une poignée de jours avant le 16e anniversaire de Pop Montréal (on s’en reparle bientôt de ça aussi, hein!). On est tout de même bien enthousiastes, bien que pour être honnête, c’est la 2e journée (le dimanche 3 septembre) qui nous a fait de l’œil à la base.

À notre arrivée, vers les 15 h, la journée est déjà bien entamée et l’ambiance, installée. Y a du monde (du beau monde), de la bonne musique, un site bien aménagé, de la bonne bouffe, des enfants, des familles, de la joie. Y a aussi des structures gonflables décoratives un brin douteuses et qui manquent de cohésion entre elles : deux dinosaures, un poulpe géant et des groupuscules de longs triangles blancs qui font davantage penser aux actualités au sud de la frontière.

Photo : Audrée Favreau

Le soleil est de la partie (yeah!) et vraiment tout le monde affiche le sourire. Y a des enfants qui jouent à un jeu de poche géant (!!!). Je voulais jouer, mais j’ai pas osé, pas certaine que ça soit bien vu ou très glorieux de compétitionner contre un enfant de 4 ans qui n’est pas le mien. Les organisateurs avaient inscrit sur l’affiche de l’événement que les familles étaient les bienvenues et les gens ont répondu à l’appel. Au-delà du jeu de poche géant et des ballounes, y avait tout plein de jeunes mélomanes, ou plutôt des plus vieux mélomanes avec leurs progénitures; poupons et toddler étaient éparpillés dans la foule avec leurs casques anti-bruit (bravo, parce que la musique c’est important, mais des acouphènes pour un enfant, c’est un peu plate).

D’ailleurs, petits et grands ont semblé plus qu’apprécier le folk un peu rock de Tire le Coyote sur la scène Mile End (la moyenne scène, celle sous le viaduc). Ça commence vraiment bien notre journée et ça nous donne le goût d’entendre le nouvel album Désherbage qui sortira le 22 septembre. On a le goût de chanter avec les musiciens, même si, bien honnêtement, l’idée de faire un tour de moissonneuse-batteuse ne trouve pas tant écho en nous. Pas grave, c’est ben bon. Seul hic, le gars en charge de la boucane sur scène aurait pu se calmer un peu.

On est ensuite attirés vers la grande scène, la scène Mile Ex, où se produit Megative. Un collectif hétéroclite au son plutôt reggae qui nous fait penser tantôt à The Clash, tantôt à Gorillaz. La foule d’abord timide, grossit tranquillement et plusieurs ne peuvent refréner leur envie de se dandiner (on en fait partie). Le soleil tape, il fait beau, on croirait que l’été est de retour et la musique accentue l’effet. La réalité nous rattrape toutefois au milieu du set alors qu’on se rappelle qu’on voulait vraiment voir Partner qui s’éclate au même moment sur la petite scène Van Horne. On cesse de se trémousser et on rejoint le spectacle à la hâte. Le duo est accompagné sur scène de quelques amis musiciens (bon, on assume qu’ils sont amis parce que les membres de Partner ont l’air plus que sympathiques et on se demande qui ne voudrait pas être amis avec eux, t’sais). On repassera pour la mise en scène et l’aisance sur scène, mais ce qu’ils est charmant. J’adore le côté désinvolte du groupe néo-brunswickois. Les titres et paroles sont simples et efficaces, évoquant le journal intime (un peu comme celui que j’avais en 1995). On pourrait très bien les entendre dans une comédie de mœurs adolescentes du début des années 2000. Je dis pas ça péjorativement en passant : j’aime Partner pour de vrai là. Ils sont cute, le fun, directs. Et un peu awkward.

Partner / Photo : Audrée Favreau

On traîne nos savates ensuite pour Busty and the Bass, qu’on ne connaît pas du tout. On s’attend à rien et on se surprend pour la deuxième fois de la journée à rouler des hanches et onduler le bassin (on danse sur place genre). Ça ne sera toutefois pas suffisant pour nous garder sur place jusqu’à la fin : on est tenaillés par la faim et on décide de prendre une pause de musique d’un commun accord. D’ailleurs, les organisateurs ont prévu une belle offre du côté des food trucks sur place et personne n’est en reste.

Sustentées, on poursuit avec Matt Holubowski. Ma mère m’a parlé de lui, elle était allée le voir en juillet au Festival d’été de Québec et le connaissait de l’émission La Voix (eh oui, on n’y échappe pas, mais ça commence à faire un bail). Que du bien, m’avait-elle assuré. Même si j’aurais aimé le voir dans une petite salle, lumière tamisée et ambiance feutrée, plutôt que sur l’énorme scène placée sur un stationnement au gros soleil, je dois dire qu’il nous a conquises. Il se débrouille avec une aisance remarquable et le contexte ne nuit point à son interprétation.

Une fois sa performance terminée, on se dirige sous le viaduc pour entendre Cat Power. Quelle artiste, hein! J’adore sa musique. Mais sérieux… elle est « spéciale ». Et elle semble pas avoir le goût d’être là manifestement. Avare de salutations pour la foule, elle s’interrompt furtivement à quelques occasions pour des questions de sons, de micros ou pour chuchoter un truc à quelqu’un tapis dans l’ombre (probablement le gars du son). Malheureusement, le blabla des gens derrière, amplifié par la structure de bétons sous laquelle on se trouve, nous revient sous forme de bourdonnement et ça n’aide en rien. Les plus grands fans ne semblent pas être malheureux de tout ça et demeureront suspendus à ses lèvres jusqu’à la fin.

Cat Power / Photo : Audrée Favreau

Responsabilités familiales obligent, on doit rentrer avant la fin de la journée et on manque City and Colour, qui, nous dit-on, a volé la journée. Pas grave, reste encore dimanche. Malgré la pluie, on n’a pas l’intention de rater Andy Shauf, Suzanne Vega, Patrick Watson, Godspeed et cie! On vous en reparle demain.

– Mona Lacasse

Le Mile Ex End Montréal est un tout nouveau festival qui se tient les samedi et dimanche 2 et 3 septembre. Plus d’infos ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant. Remplissez le formulaire pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :