La littérature jeunesse, c’est un lieu de rencontre unique, une passerelle entre l’enfance et l’âge adulte. C’est l’occasion de s’évader dans l’imaginaire d’autrui. C’est le plaisir partagé, décuplé. Afin d’en apprendre un peu plus sur les artisans de petits bonheurs qui se cachent derrière les albums, documentaires et romans jeunesse préférés de nos minis (et les nôtres, avouons-le!), Les Méconnus vous propose une nouvelle série de mini-entretiens.

Oh, l’arbre! Mais qu’est-ce qui est tombé de l’arbre? Un œuf! Et qu’est-ce qui sort de l’œuf? Gilles! Ainsi commence la vie de Gilles, l’oisillon. À peine sorti de son œuf, il est devient la proie d’un renard qui erre dans les parages. Le renard est rusé, mais l’est-il plus que la maman de Gilles? »

Sous une apparence toute simple, avec ses courtes phrases et illustrations épurées, on pourrait se laisser berner ; que nenni, Gilles est un petit bijou! Petite histoire à la structure répétitive faite de questions-réponses, le rythme s’impose rapidement et Lavoie nous ravit avec son humour intelligent. À l’instar du précédent livre de l’auteur paru chez Comme des géants, Toto veut la pomme, c’est un album drôlement efficace qu’on a plaisir à relire (et souvent!).

Mathieu Lavoie, auteur, illustrateur, ainsi que coéditeur chez Comme des géants, a gentiment accepté de répondre à nos questions. (Pour relire le mini-entretien avec la coéditrice de Comme des géants, Nadine Robert, c’est ici.)

D’abord, peux-tu nous présenter Gilles en quelques mots?

Gilles, c’est un bébé corbeau (un corbillat) qui vient tout juste de naître, et que le renard a repéré à son réveil. Gilles est en danger!

Selon la banque de prénoms du ministère Retraite Québec, il n’y a eu qu’un seul nouveau Gilles en 2016. As-tu espoir que l’engouement pour ton livre (qui s’est inscrit dans la liste préliminaire des Prix jeunesse des libraires du Québec) réussira à insuffler un peu d’amour à ce prénom?

Ah non, ils se sont trompés. Gilles est né en 2017, le 4 avril. Et je crois qu’un prénom de corbeau ne devrait pas être source d’inspiration pour un prénom d’enfant.

On retrouve un magnifique clin d’œil à nos classiques d’enfance. Plus jeune, aimais-tu les Fables de la Fontaine? En avais-tu une préférée?

Mes fables préférées, c’était Les trois petits cochons et Le Trésor de Rackham Le Rouge.

J’ai cru comprendre qu’un de tes premiers livres, Mais Papa, était d’abord une histoire que tu avais inventée pour tes enfants. C’est exact? Est-ce que tu as l’habitude de tester tes récits avec eux?

Mes trois premiers titres (Mais papa, Le loup dans le livre et Toto) ont vu le jour en improvisant une histoire à mes enfants avant qu’ils ne se mettent au lit. À ce stade-là, ce n’était que des minuscules embryons d’histoires, mais elles fonctionnaient assez bien pour que je les exploite. Ceci étant dit, je ne teste pas systématiquement mes histoires avec eux. Mes enfants ont la chance de vivre entourés de livres, mais nous essayons toutefois de ne pas trop parler boulot à la maison.

Tu as fondé la maison d’édition Comme des Géants en compagnie de Nadine Robert. Par curiosité, est-ce que la chanson d’Henri Dès vous a inspiré? Comment avez-vous trouvé ce nom et qu’est-ce qu’il représente pour vous?

En session de remue-méninges pour trouver un nom à notre projet il y a plus de quatre ans, j’ai suggéré Comme des géants. À l’époque, on écoutait Henri Dès avec les enfants à la maison. Le nom vient donc de cette très jolie chanson qui porte le même nom. Dans ladite chanson, Henri Dès compare la taille des humains à celle des petites créatures qui nous entourent (pigeons, poissons, lapins, etc.). Pour ces petits êtres, nous sommes tous des géants, selon le chanteur suisse. Pour nous (Nadine et moi), la signification est ailleurs. Les enfants sont certes petits de taille, mais ils sont capables d’exploits à grandeur de géant.

Plus tôt cette année, vous étiez en liste pour recevoir le prestigieux prix BOP de la foire du livre jeunesse de Bologne récompensant le meilleur éditeur jeunesse d’Amérique du Nord. Se retrouver parmi les finalistes est un fait d’arme en soit, encore plus pour une toute jeune maison d’édition. Qu’est-ce que ça signifie pour vous cette reconnaissance?

J’ai beaucoup aimé Bologne. On y mange très bien (Quel cliché! hahaha).

Enfin, pouvez-vous nous suggérer trois livres (jeunesse ou pas) pour nos lecteurs?

  • Titi Nounours et la sousoupe au pilipili de Benoit Jacques
  • Le meunier hurlant d’Arto Paasilinna
  • Moins d’un quart de seconde pour vivre de Lewis Trondheim et JC Menu

Mona Lacasse 

Gilles, Mathieu Lavoie, Comme des géants, 2017, 3 ans et +

Pour découvrir plus de titres de Mathieu Lavoie et le catalogue de Comme des géants, c’est ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :