Et hop, place au meilleur des arts visuels! Qui, quoi, comment? Suivez le guide!

#boxtape – Griffintown – the paper factory
16 au 20 octobre

BOXTAPE-Photo-Svetla-Atanasova-_-Sur-la-photo-Hannah-Morrow-600x400

Crédit photo: Svetla Atanasova

«Ce qui est bien spécial avec #boxtape, c’est que le public est une partie très importante de la création. Les spectateurs peuvent créer avec l’équipe, se lancer dans la structure, ajouter du papier collant ici et là, jaser en observant les autres…Sky is the limit et on aime ça ainsi.» – Mélissa Pelletier

Pour lire la critique complète, c’est ici.

Jon Rafman – Musée d’art contemporain de Montréal
20 juin au 13 septembre 2015

rm

Crédit photo: René-Maxime Parent

«Il est plus facile de cerner le tiers espace matérialisé par Jon Rafman lors de son exposition au MAC par sa biographie et son curriculum vitae. Il scinde la globalité en un monde matériel et un monde virtuel afin de créer une grille d’analyse ou un avatar pour traiter une réalité qui semble nous échapper sous sa forme globale. Serait-ce une ébauche d’un éventuel code d’éthique d’internet?» – René-Maxime Parent

Pour lire la critique complète, c’est ici.

Espace commun – Quartier des spectacles
1er au 18 octobre 2015

th-carte-600x428

«Comment concevoir le Quartier des spectacles en espace partagé mettant en relation l’être humain et les technologies? L’événement Espace Commun? propose des pistes de réflexion.» – René-Maxime Parent

Pour lire la critique complète, c’est ici.

Composition in V+ à Sight and Sound – 7240 rue Clark
20 au 24 mai 2015

P-1-zoom-billes-sur-cordes-600x450

Crédit photo: Laura Keltoum B.

«Car le tour de force là-dedans réside dans la prise de conscience de la beauté du son. Du son dans tout ce qu’il est. On reste, on écoute, écoute et écoute encore, dans l’attente impatiente et désespérée d’entendre une note, enfin.» – Laura Keltoum B.

Pour lire la critique complète, c’est ici.

Autres convictions et interprétations – Galerie C.O.A.
24 janvier et 7 février 2015

24-600x336

Crédit photo: Pierre Léveillé

«L’art de Steven Spazuk est unique. Ses œuvres sont créées par les traces de suie laissées par une flamme en guise de pinceau, qu’il modifie ensuite avec différents outils et méthodes. Des formes et images en noir et blanc, parfois de formes vaporeuses, parfois d’une précision surprenante.» – Pierre Léveillé

Pour lire la critique complète, c’est ici.