Crédit photo : Jazmin Quaynor 

Quand on manque son coup on s’essuie et on recommence si on a du temps à perdre. »

En 1966, Ducharme envoie aux éditions Gallimard un manuscrit composé de 198 dessins et leurs légendes qu’il appelle Le Lactume. L’éditeur, quoique intrigué (il ira jusqu’à montrer l’oeuvre à Raymond Queneau), n’y voit pas là matière à publication. Cinquante-et-un an plus tard, par un concours de circonstances particulier, le manuscrit revient à Montréal et s’offre au public qui pourra découvrir une facette nouvelle de l’auteur culte québécois.

«À regarder parler ceux qui parlent très bien on a envie de parler très mal. »

Chaque dessin a son « titre ». Ici, on reconnaît la prose de l’auteur de Le Nez qui voque avec les thèmes qui ont habités son oeuvre littéraire ; le refus du conformisme, les émotions brutes, la naïveté de l’enfance, la perte de l’innocence. Le plaisir qu’il a de jouer avec la phonétique pour déconstruire les mots et leur trouver un nouveau sens se réverbère dans les dessins, en apparence abstraits, mais qui finissent par révéler un peu de symbolique.

Cherches-tu à représenter quelque chose?

Mieux vaut ne rien représenter que représenter un parti paullitique, une espèce de cigarettes, une sorte de chaussure. »

Tous exécutés aux crayons de bois et en couleurs, les dessins explorent les formes géométriques, les pointes et les courbes, avec un élément figuratif une fois de temps en temps, comme égaré au fil des pages. Dans ces oeuvres d’un jeune Ducharme dans la vingtaine, on retrouve les bases sur lesquelles Roch Plante s’appuiera, deux décennies plus tard, pour la composition de ses sculptures.

« Lâche-moi la paix »

Paraissant le 25 août, aux éditions du Passage, quelques jours après le décès de l’auteur, le livre sera accompagné de plusieurs événements rendant hommage à l’écrivain et son oeuvre. D’abord, le lancement aura lieu le 12 septembre et présentera en même temps l’exposition Le Lactume, élaborée dans le cadre de la 23e édition du Festival International de Littérature. Toujours avec le FIL, il sera également possible d’assister à une mise en voix du Lactume avec Markita Boies, dans une mise en scène de Martin Faucher. Ainsi, vous pourrez explorer de plus d’une façon, l’univers créatif de Réjean Ducharme.

Rose Normandin

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :