Crédit photo: Le cell de l’autre

La chronique « La plume de l’autre » pousse à l’extrême certains clichés, certaines manières d’aborder la culture. Le mot d’ordre? On lit avec humour… et un grain de sel.

Quoi de mieux après une journée chargée qu’un bon livre pour se détendre, se retrouver, prendre le temps de reconnecter avec… Ah, tiens. Je vais prendre une photo vite vite. Je passe tellement un beau moment. Instagram. Facebook. Twitter. Snapchat aussi tiens.

Allez, retour dans le merveilleux monde de la littérature. Une page, deux pages. Une notification, deux notifications. Je vais regarder vite vite. Ah? Telle personne qui n’a aucune importance dans ma vie a «A-DO-RÉ ce bouquin»! Incroyable. Like. Retour à la littérature.

Trois pages, quatre pages. Trois notifications, mille notifications. Ma foi, les gens en ont des choses à dire au lieu de lire! Je prends 2 secondes pour répondre: mine de rien, toutes ces sonneries m’ont déconcentrée. Ah, mon professeur de littérature du Cégep vient d’écrire une thèse sur mon wall. Ce serait impoli de ne pas répondre, right?

Une brique de commentaire plus tard, c’est reparti. J’éteins ma sonnerie. Suffit les distractions! J’en étais où? Je… Euh.. Page 3? Bon, on s’y remet. Ce livre ne se lira pas tout seul, hein! Du coin de l’œil, je vois mon cellulaire me flasher ça, comme pour me rappeler que ma vie sociale *tousse*, euh virtuelle, se passe sans moi. Là, live.

Je vais aller répondre aux commentaires vite vite. Like. Like. Commentaire. Like. Lecture d’un article sur le livre que je lis. Like. Lol. Like. Autre brique de commentaire. Like. Like. Like.

Ouf, minuit. Que le temps passe vite quand on est immergé dans un livre que le Voir qualifie d’incontournable et que Les Méconnus «ont dévoré jusqu’au dernier clic»!

La plume de l’autre

À DÉCOUVRIR AUSSI:

La plume de l’autre – J’aime les shows (ah pis pas tant finalement)