Écrire pour les enfants peut sembler facile. On peut servir à leurs imaginations débordantes des histoires abracadabrantes. Les enfants savent combler les trous dans la vraisemblance en construisant leur propre sens et en déployant leur propre créativité. Or, écrire pour un jeune public n’est pas si simple, surtout quand on lui adresse une histoire réaliste présentée du point de vue d’un adulte. Avec La maison sonore, Simon Boulerice exploite le thème de la nostalgie de l’enfance chez l’adulte avec beaucoup de subtilité.

C’est le contraste entre le bruit et le silence, auxquel est très sensible le narrateur, qui porte ses souvenirs. Antonin a toujours été un enfant calme. Son désir d’apaisement sonore l’a poussé à devenir interprète en langue des signes. Il a grandi dans une maison bruyante en compagnie de sa sœur qui, à l’opposé de lui, ressent le besoin de s’exprimer haut et fort. Ludivine est devenue comédienne. Leurs parents ont vendu la maison familiale peu de temps après leur départ vers la vie adulte. Quinze ans plus tard, un admirateur de Ludivine, maintenant propriétaire de cette demeure, leur offre d’y effectuer une visite nostalgique.

Une approche différente

La maison sonore est un livre qui fait confiance à la « maturité » des enfants pour comprendre des émotions d’adultes, mais aussi pour s’adapter à un vocabulaire plus relevé. Il y est question de « cacophonie » d’« acoustique » et des œuvres de Chagall, repère culturel jeté là au détour d’une comparaison (p. 40). L’ouvrage est éducatif, à sa manière non conventionnelle (il montre, il n’enseigne pas), puisqu’il pousse les jeunes lecteurs à s’interroger sur ces nouveaux éléments langagiers et culturels. Peut-être questionneront-ils un adulte? Peut-être même le contexte suffira-t-il à certains pour assimiler ces mots nouveaux? Quoi qu’il en soit, que l’auteur amène les enfants à s’élever d’eux-mêmes vers ce niveau de vocabulaire, plutôt qu’en y accolant les définitions, est judicieux et rafraîchissant.

De la même façon sont dessinés, par-ci par-là, quelques signes, à côté de leur traduction française. Ces mains et ces bras nous apprennent à signer des expressions comme « ça va mal » ou encore des mots comme « émotion ». Une idée merveilleuse qui aurait mérité d’être plus largement exploitée. Cependant, le statut d’interprète du narrateur n’a qu’une fonction sémiotique (il le range du côté du silence), et la langue des sourds occupe une place bien accessoire dans cette histoire. À vrai dire, seules de rares images la font vivre.

Un livre illustré par Arassay Hilario Reyes

Dans un style hybride agençant des images plus près d’un look « dessin animé » à des images résolument plus matures, Arassay Hilario Reyes, l’illustratrice de La maison sonore, rend à merveille le thème du retour de l’adulte à l’enfance. Plusieurs de ses illustrations ont une profondeur qui vient ajouter à l’histoire. Le regard s’y perd, on y entend le bruit ou le silence. Certaines sont magnifiques et valent le détour à elles seules. Le livre serait peu de chose sans ses images. C’est la combinaison de son travail à celui de Boulerice qui fait de ce livre ce qu’il est.

Enfin, La maison sonore est un livre assez particulier en ce sens qu’il s’adresse aux enfants sans recourir aux voies classiques. C’est un ouvrage contemplatif qui ouvre la porte à toutes sortes de réflexions. Qu’est-ce que le bruit ou le silence? Quelle est cette langue qui se parle avec les mains? Qu’est-ce qui distingue les adultes des enfants? Est-il important d’être le centre de l’attention? Les jeunes lecteurs ne réfléchiront peut-être pas à chacune de ces questions, mais celles-ci sont présentes. Elles flottent entre chacune des pages de ce petit ouvrage.

Christine Turgeon

La maison sonore, Simon Boulerice, Québec Amérique, 2018, 45 p.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :