Crédit photo : 2B company

On a tous déjà assisté à un cours, un atelier ou une conférence qui nous laissait perplexe. Que ce soit les sujets abordés, la manière de le faire ou la pertinence de l’intervenant(e)… Parfois quelque chose cloche, et ce n’est pas toujours facile de mettre le doigt dessus. Avec Conférence de choses présentée en ce moment au Festival TransAmériques, François Gremaud et Pierre Misfud de Lausanne se lancent tête première dans ce malaise qui guette toute personne qui ose prendre parole devant une assistance, attentive ou pas, bienveillante ou pas. Retour.

Le conférencier, joué par l’excellent Pierre Mifsud, commence par programmer une minuterie pour ne pas « dépasser 53 minutes 33». Et c’est parti pour tout un tour, entre bisons, contes, fantômes et souvenirs d’enfance. Vif, allumé et hilarant dans son rôle d’homme trop absorbé par ses – multiples – sujets, l’acteur arrive à faire rire, et même à émouvoir, à travers cette logorrhée. Ça va de tous les côtés, ça part dans un sens pour mieux revenir vers… Vers quoi au juste?

                                       Crédit photo : Christian Lutz

Conférence de choses parle de tout et de rien – surtout de rien – en prenant des airs de discours savant. C’est une proposition drôle, cocasse, qui peut parfois donner le vertige par son manque de fil conducteur et à force de digressions. Les rires, souvent sincères, parfois nerveux, rendaient bien l’ambiance générale : à chaque seconde, personne n’avait aucune idée où la prochaine phrase allait se terminer.

C’est qu’en écrivant la pièce, le metteur en scène François Gremaud et l’acteur Pierre Misfud ont choisi de suivre un fil Wikipédia sans queue ni tête. En adoptant une stratégie contre-intuitive, les créateurs ont cliqué sur les sujets qui les interpellaient moins plutôt que de suivre leurs intérêts. Logiquement, ça donne une conférence décousue, dépourvue de sens.

Et c’est ce qui est vraiment génial : en effleurant les abîmes du savoir, Conférence de choses nous fait entrevoir l’absurdité des connaissances mises bout à bout et l’étendue de notre ignorance, en questionnant aussi, par le fait-même, le rapport entre conférencier et public. Jusqu’où une figure d’autorité peut accumuler des faits concrets sans aucun lien les uns avec les autres sans provoquer les froncements de sourcils et le rire? Un indice : pas trop longtemps.

Mélissa Pelletier

Conférence de choses, du 29 mai au 4 juin 2017, à chaque jour dans un lieu différent dans le cadre du Festival TransAmériques. Pour les courageux, une version intégrale d’une durée de 6 heures sera présentée en clôture, le 4 juin à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque. Le FTA, ça se passe du 25 mai au 8 juin 2017. Pour toutes les informations, c’est ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant. Remplissez le formulaire pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :