On ne peut pas dire qu’on n’avait pas été prévenus : cette tournée du groupe de jazz/gypsy/klezmer/funk/toute musique festive imaginable Gypsophilia était annoncée comme étant la finale, celle où le sextuor de Halifax dirait adieu à ses fans à travers le pays. Montréal était non seulement un passage obligé – le groupe s’y arrêtant régulièrement pour parfaire son français – mais aussi la destination finale de cette tournée émotive. Quelques centaines de curieux et de fidèles ont assisté à ce dernier moment.

Dame Nature était de notre côté hier, offrant une belle météo pour l’événement qui se tenait à la place SNC-Lavalin du Club Jazz Casino de Montréal. Il faisait beau et chaud, et c’était encore plus vrai sur scène. Les six musiciens étaient là pour fêter en grand et ont tout donné. Le frontman Ross Burns a fait honneur au bilinguisme en prenant sur scène quelques leçons de français, qu’il aime travailler à chaque passage en sol québécois. Par contre, pour ce qui est de la musique, on n’avait rien à apprendre à Gypsophilia, solide et précis sur scène. Il faut dire que cela fait déjà deux ans qu’il avait lancé Night Swimming, qui aura finalement été son album final.

Le spectacle était trop court, une petite heure seulement, mais elle a permis une rétrospective de l’histoire de ce groupe qui a su capter le meilleur de toutes ses influences. Les gens ont tapé des mains et certains ont dansé (possiblement encouragés par les mouvements énergiques de Burns, qui a fini par marcher sur les mains pendant un morceau de klezmer endiablé), et tous ont chaudement applaudi. Peut-être que le public ne l’a pas réalisé sur le coup, mais c’était bel et bien la dernière fois qu’on verrait ces musiciens sur scène. Du moins, la dernière fois sous le nom Gypsophilia, comme Ross Burns a laissé entendre que c’était la fin du groupe, mais pas celle de la musique, d’autant plus que tous semblent encore avoir la flamme pour la création. Disons qu’on n’a pas trop à s’inquiéter de l’avenir de ces artistes talentueux, peu importe sous quel noms ils se produiront.

– Olivier Dénommée

Gypsophilia jouait gratuitement à la place SNC-Lavalin le mercredi 5  juillet 2017, dans le cadre du Festival international de jazz de Montréal. Le festival se poursuit jusqu’au 8 juillet. Pour tout savoir de la programmation, c’est ici.

Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant. Remplissez le formulaire pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :

Lucioles au FIJM : une heure entre ombre et lumière