Crédit photo : Syd Wachs

Parce que la littérature québécoise mérite d’être célébrée tous les jours, on a décidé de faire nos rebelles et de lui lancer des fleurs après le « 12 août, j’achète un livre québécois »! Living on the edge, qu’on vous dit. Les collaborateurs du webzine Les Méconnus ont fouillé dans leurs souvenirs pour y trouver des anecdotes, des moments marquants (et alouette), qu’ils ont vécu grâce à une oeuvre littéraire. Et c’est parti!

Monique Adam
Miniatures, balles perdues et autres désordres, Monique Deland, Éditions du Noroît 2008.

Évoquer un livre qui nous a profondément marqué relève d’une sorte d’acrobatie. Je tente le saut sur la pointe des pieds et je dis que Miniatures, balles perdues et autres désordres de Monique Deland a gravé en moi un univers si puissant que le recueil me suit partout. Il est devenu ma maison construite avec une langue unique réinventée comme autant de résonances de fulgurances liées à mon propre territoire intime. Un cyclone en poésie.

Edith Malo
Naufrage, Biz, Éditions Leméac, 2016.

L’année dernière, pour la Journée « Le 12 août, j’achète un livre québécois », j’avais acheté le roman Naufrage de Biz. Au moment où j’entreprenais la lecture, un drame s’est produit à Saint-Jérôme. Sans vendre le punch du roman, la fiction rejoignait la réalité de façon assourdissante. J’étais abasourdie par la scène que l’auteur dépeignait avec tant de réalisme et la synchronicité du fait journalistique tragique. Bref, si vous n’avez pas eu la chance de lire ce roman de Biz, à vos marques, lisez! Un roman désarmant qui aborde un sujet tabou.

Boris Nonveiller
Des explosions, Mathieu Poulin, Éditions de ta mère, 2015.

Et si Michael Bay n’était pas ce réalisateur immature qui ne fait que des gros blockbusters bourrés d’explosions pour adolescents attardés, mais plutôt le plus grand penseur de sa génération? C’est la prémisse qu’on essaie semi-sérieusement de défendre dans Des explosions ou la pyrotechnie de l’esprit. Dans cette biographie fictive du réalisateur de The RockBad Boys et Transformers, on découvre que c’est en fait un adepte de la philosophie classique et que sa recherche du sens de la vie passe par la reproduction d’explosions sur pellicule, comme pour retrouver le big bang originel. À la fois un exercice déjanté et un hommage au cinéma d’action, Des explosions est un divertissement royal.

Rose Normandin
Dans le noir jamais noir, Françoise Major, Éditions La Mèche, 2015.

Jour de pluie pendant les vacances, j’ai ce fantasme d’emmener mes enfants bouquiner. Le farfelu de la chose me frappe quand, en les regardant s’épivarder aux quatre coins de la librairie, je réalise qu’ils sont tous les trois âgés de moins de cinq ans, et que bouquiner est un concept vraiment loin de leur réalité. J’ai ramassé le livre juste avant de sortir, avant que ma progéniture n’arrache les tablettes des murs. Le titre était beau. Ce qui avait dans les pages, encore plus. Françoise Major a le talent de mettre de la poésie dans le brut, le trash, le banal. Elle transforme les petits heurts en jolies photographies qu’on prend plaisir à contempler, même quand le portrait est laid. Dans le noir jamais noir réconcilie avec son propre quotidien.

Mélissa Pelletier
Chercher le vent, Guillaume Vigneault, Éditions du Boréal, 2003.

Dès la première lecture de Chercher le vent, je savais que j’allais y revenir. L’histoire est somme toute banale, pourtant. Un homme en peine d’amour part sur la route pour se perdre et peut-être se retrouver. Un livre à la Sur la route de Jack Kerouac. Et Jack, justement, a besoin d’avaler des kilomètres pour oublier son divorce, son cœur brisé, Monica. Ce qui m’a accrochée? Guillaume Vigneault a ce don de raconter le banal avec une justesse touchante. Ça donne des petits coups au cœur qui font juste assez mal parce que forcément, on s’y reconnait.

Et vous, quelle oeuvre québécoise vous reste en tête?

– Texte collectif : Monique Adam, Boris Nonveiller, Rose Normandin, Edith Malo et Mélissa Pelletier

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :
« La fin de l’histoire » : souffrances du XXe siècle