Louis-Philippe Gingras / Photo : Julie Artacho

Ce soir, Louis-Philippe Gingras et Mat Vezio donnent rendez-vous au public pour un sympathique spectacle en plateau double dans le cadre de la série Révèle la relève. Les deux se connaissent depuis longtemps et cherchaient une raison de partager la même scène. Chez Les Méconnus, on a voulu tester leur complicité : on leur a posé cinq questions miroir portant sur l’autre musicien. Voici ce que ça a donné.

Louis-Philippe Gingras :

Comment décrirais-tu la musique de Mat Vezio, en deux mots?
Ésotérique, groundée.

Quel serait ton plus grand point en commun avec lui?
Le fait qu’on a le hoquet automatiquement quand on mange des choses trop épicées.

Si tu avais pu composer une de ses chansons, ce serait laquelle? Pourquoi?
Fukushima je trouve ça formidable, solennel, vrai. De savoir que c’est une co-écriture avec mon amie Marcie, c’est juste encore plus une bonne toune.

Quelle chanson veux-tu absolument qu’il joue durant son set le 10 novembre?
Fukushima. Parce que je veux jouer le solo de guit que j’ai mis sur l’album, je pense que c’est mon plus beau solo enregistré.

Peux-tu raconter une anecdote avec Mat Vezio?
C’est chien ça demander une anecdote, ça se demande pas. J’ai tout pis rien qui me vient. Parce que faut dire que Mathieu était drummer dans mon band jusqu’à y a un an ou plus. Donc j’ai plein de souvenirs de vanne, de pêche, de chalet à Natashquan, pis de jouer dans des belles places des fois pis des places ben brunes, comme une fois au Lac où on avait joué dans un terrain de baseball bouetteux et que notre stage était une flaube de tracteur. Plein de moments parfaits de même.

***

Mat Vezio / Photo : Flamme

Mat Vezio :

Comment décrirais-tu la musique de Louis-Philippe Gingras, en deux mots?
Brut raffinée.

Quel serait ton plus grand point en commun avec lui?
L’aile psychiatrique de l’hôpital Notre-Dame.

Si tu avais pu composer une de ses chansons, ce serait laquelle? Pourquoi?
La calvette du Saint Graal. Parce que son copain, c’est mon copain aussi (faut écouter la toune).

Quelle chanson veux-tu absolument qu’il joue durant son set le 10 novembre?
Fukushima! Louis a joué le solo de guitare sur mon album pour la chanson Fukushima pis ça serait la première fois qu’il le ferait avec moi. C’est un magnifique solo.

Peux-tu raconter une anecdote avec Louis-Philippe Gingras?
Voulez-vous que je vous raconte la fois où j’ai joué des drums avec lui au Festival du cowboy de Saint-Gédéon, à l’extérieur, sur une charrette pendant un orage électrique?

Ou la fois où la chaloupe partait pas, par journée de grand vent sur le lac Vaudray à cause qu’y avait du gaz mélangé dans le moteur 4 temps. C’est tout documenté dans sa chanson Rahan

Ou la fois où la tournée en Gaspésie était devenue un voyage de pêche. Taquiner le bar rayé après les soundchecks et après les shows?

La fois où nous avons été colocs dans une maison sur la plage à Natashquan?

Je pourrais vous raconter toute ça… ou pas.

***

C’est un rendez-vous ce soir (10 novembre) dès 20 h à la Maison de la culture Maisonneuve, pour assister à cette belle bromance, et pour entendre, à coup sûr, Fukushima durant la soirée. Plus de détails sur cette soirée unique, présentée pendant le Coup de cœur francophone, juste ici.

– Olivier Dénommée

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :