Après un premier EP en 2015, le groupe montréalais The Moonlight Club lance un premier long jeu homonyme! Inspiré de groupes comme REM, The Smiths, The Stone Roses, Neil Young et The Kinks (entre autres!), le band offre un rock anglophone bien assumé.

Si l’album est disponible depuis février, le lancement a lieu très bientôt, le 15 mars à L’Esco. En vue de cette soirée, on a posé quelques questions à The Moonlight Club. C’est le bassiste John qui a répondu à nos brèves interrogations :

Pouvez-vous résumer votre album en deux mots?

Voyage temporel.

Quels albums ont changé votre perception de la musique?

  1. Definitely Maybe de Oasis avec les grosses guitares qui grondent et l’attitude de l’album! On n’avait pas 8 ans à l’époque et on découvrait nos goûts musicaux, donc changer notre perception est peut-être moins juste que former notre perception. On avait l’album en cassette dans le temps et c’est un album qui nous a pas mal unis au début du band quand on parlait de musique.
  2. La trame sonore de Forrest Gump. Encore une fois, c’est une bande sonore qui est sortie à la même époque. C’était un éveil assez important à toute la musique d’une autre époque. Lynyrd Skynyrd, The Doors, CCR, The Byrds! C’était vraiment un mélange incroyable de groupes, de sons et de genres qui a vraiment ouvert nos horizons musicaux et formé nos goûts pour les années à venir!

Quelle est votre chanson incontournable en live?

Black, Two sugars. C’est une track rock assez classique avec pas mal de vibes blues. On ne se cachera pas que c’est généralement un crowdpleaser, les gens crient et dansent pas mal. C’est le moment où tout le monde se lâche et nous aussi. On se soucie moins de livrer la chanson que de partager, avec les gens, un moment de musique. Dans le fond, un spectacle, c’est ça! C’est pourquoi on va voir des shows. Si c’est pour aller voir quelqu’un jouer son album à la perfection sans émotion, autant rester à la maison.

Quelle est votre meilleure anecdote de spectacle?

La plus grosse peur que tu peux avoir avant un show, c’est de te rendre compte que tu as oublié ton instrument, ou qu’il est brisé. En juin 2016, environ une heure et demie avant un spectacle au Perfecto (bar qui se trouvait sur Duluth à Montréal et qui est malheureusement fermé aujourd’hui), notre bassiste John se rend compte que 3 des clés de sa basse sont brisées, cassées en 2 dans le transport. La chose importante à savoir à propos de cette pièce d’équipement est que sans des clés fonctionnelles, c’est impossible d’accorder l’instrument.  Sans basse de secours, la panique prend! Sans vraiment réfléchir il est parti au Moog qui se trouve pas trop loin sur Saint-Laurent et achète une basse à 1500 $ au magasin avec la promesse du vendeur que si il la ramène sans égratignures le lendemain, il lui rembourserait « presque » la totalité de la somme. Il est finalement revenu environ 30 minutes avant le spectacle avec une nouvelle basse qui sonnait vraiment bien et pas mal de sueur au front!

La pochette

Quel événemenr attendez-vous avec impatience cette année?

La grosse attente était pour le show de Noel Gallagher qui a eu récemment à la Place des Arts. Noel Gallagher, c’est une légende. Le voir en vrai donner un show avec de la nouvelle musique, essayer une chanson qui est pas officiellement sur un album (Dead in the Water) et faire quelques bons classiques d’Oasis (Little by Little, Wonderwall, Don’t Look Back in Anger), c’est vraiment un plaisir et, quelque part, un privilège.

Sinon on attend avec impatience le lancement de notre album The Moonlight Club à L’Esco le 15 mars prochain. La musique est déjà disponible en ligne, mais ça va être pour nous le vrai moment de jouer notre nouvelle musique live. Après des mois de travail et d’attente, c’est ce qu’on attend avec le plus d’impatience.

Le lancement (gratuit!) à L’Esco se fait dans une formule 5 à 8, avec la performance prévue à 19 h. Pour les détails sur l’événement, c’est ici.

Quant à l’album, il est possible de l’entendre sur la plupart des plateformes depuis le 2 février. Voici quand même un avant-goût :

– Olivier Dénommée

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :