L’art, ça ne s’apprend pas? Laissez-nous vous prouver le contraire. Passionnés de conception d’éclairage et de vidéo, conception sonore, régie, assistance à la mise en scène, direction technique et direction de production, c’est à vous qu’on parle. Et si vous pouviez aller chercher une base solide dans le programme de Production de l’École nationale de théâtre (ÉNT) qui vous assure un taux de placement aussi haut que 100%? C’est exactement ce qu’a fait Gonzalo Soldi, artiste multidisciplinaire et cofondateur de HUB Studio, une entreprise qui se spécialise en design et en technologies des arts de la scène, qui a accepté de partager son parcours avec nous.

Gonzalo Soldi en compagnie de Thomas Payette (à gauche), également diplômé du programme de Production de l’École nationale de théâtre. Ensemble, ils ont fondé HUB Studio.

C’est en 2014 que Soldi a pu se targuer d’être diplômé de l’ÉNT en Production. Pour lui, cette formation est une corde de plus à un arc qui était déjà bien garni. « C’est lors de mon parcours en cirque et en danse que j’ai commencé à m’intéresser à la technique. » C’est ainsi qu’il est devenu chef vidéo pour Cavalia, ce qui a confirmé son désir d’aller vers l’arrière-scène. « J’ai entendu parler de l’école. Apparemment, ça allait me permettre de mieux gérer la technique. » Et il n’a pas été déçu.

En entrant à l’École nationale de théâtre, Gonzalo Soldi a eu une première surprise très agréable. « J’ai été frappé par la quantité de ressources et de professeurs. J’en ai énormément profité. » Quand on sait que les élèves auront accès à plus d’une quarantaine de formateurs toujours actifs au cours des trois années de leurs études, il y a de quoi être impressionné. Surtout que les classes sont loin d’être trop garnies. Contrairement à certaines institutions qui acceptent 35 étudiants pour finalement en renvoyer la moitié, l’ÉNT sélectionne la crème au tout début: pas plus de 8 étudiants par année.

On le devine déjà : c’est la rigueur qui prime dans le programme Production de l’ÉNT. Gonzalo Soldi abonde en ce sens : « C’est une carte de visite qui met en confiance. Terminer l’école en Production, ce n’est pas nécessairement facile. Ça prouve la rigueur des gens. Ce sont les premiers qu’on va aller chercher chez HUB Studio, par exemple. C’est notre réseau : on connaît ces personnes là, et on a 100% confiance en leurs aptitudes. »

Quand on sait que les élèves du programme de Production participent comme assistant, pour ensuite devenir directeur de production, directeur technique ou assistant à la mise en scène, à près d’une dizaine de spectacles par année – que ce soit au 5030 Saint-Denis, Studio Hydro-Québec ou à la Salle Ludger-Duvernay du Monument-National -, il y a de quoi être en confiance.

Vous avez envie vous aussi d’avoir droit à une éducation de qualité auprès de professeurs qui s’impliquent toujours activement dans le milieu? Passionnés de théâtre, c’est votre chance de vous inscrire jusqu’au 15 février 2018. Pour tous les détails, c’est ici.

Mélissa Pelletier

*Cet article a été écrit en collaboration avec l’École nationale de théâtre. 

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :