Crédit photo : Victoria Dimaano

Aller voir un spectacle de Dear Criminals, c’est immanquablement plus qu’une belle soirée. Ça se transforme plus souvent qu’autrement en expérience. C’est que le groupe aime explorer et proposer de nouvelles formules à son public, qui ne s’en plaindra sûrement pas! Cette fois, le trio constitué de Frannie Holder, Vincent Legault et Charles Lavoie nous propose un tour de chant pas piqué des vers avec le Choeur de l’école secondaire Joseph-François-Perreault en exclusivité le 2 février prochain à 20h la Salle Désilets du Cégep Marie-Victorin. Entrevue.

C’est en direct de Paris – excusez-nous pardon – que le band qui donne dans l’électro folk nous a accordé une entrevue sur le spectacle à venir. En quel honneur les musiciens ont-ils traversé l’océan? Pour jouer avec l’Opéra de Paris, rien de moins. Une belle mise en bouche avant de chanter avec 170 jeunes talents de nouvelles et anciennes pièces de leur répertoire bien garni entre Fatale, Nelly, Crave et Weapons.

Dear Criminals avec le Choeur JFP en 2016.

Vous collaborez en ce moment avec l’Opéra de Paris. Comment ça se passe?

Depuis le début du mois de janvier, on passes des 60h et plus par semaine à l’Opéra de Paris, dans la noirceur de notre amphithéâtre, dans le bruit que fait notre musique et le corps de 50 acteurs et choristes qui partagent la scène avec nous. Ce qui compense pour la fatigue et l’épuisement, c’est ce sentiment d’être ultra privilégiés de se rendre chaque matin à Bastille pour créer un spectacle unique avec une énorme gang magnifique et touchante. Ce sentiment de faire partie de quelque chose de plus grand que Dear Criminals. La chance qu’on a de faire des trucs comme ça!

Qu’est-ce que le chœur de l’école secondaire Joseph-François-Perreault apporte à vos pièces?

Pur plaisir! D’abord, le niveau du choeur est vraiment élevé bien que ce soit un choeur d’école secondaire, alors on se fait pas chier en travaillant avec eux. Chanter pour un public avec 170 personnes derrière toi qui t’accompagnent, c’est avoir l’impression qu’une armée te soutient alors que tu te livres. C’est un sentiment extrêmement puissant, touchant et difficilement comparable.

Une partie des fonds des billets sera versée à la Fondation JFP. En quoi cette fondation est importante selon vous?

Vincent et Frannie sont allés à l’école publique JFP quand ils étaient ados. Notre réalisateur pour la plupart de nos EP Philippe Brault aussi… comme la majeure partie de la scène musicale montréalaise. Ils doivent une énorme partie de leur carrière à cette école qui a réussi à imprimer la sensibilité musicale dans l’ADN de générations de jeunes. Aussi, l’enseignement du département de musique se concentre sur les grands ensembles (orchestres, harmonies, ensembles et chorales) plutôt que sur les solistes, ce qui façonne (à un âge crucial) la capacité et la nécessité de s’écouter pour mieux s’élever. C’est une école publique qui cherche depuis des décennies à pouvoir construire une salle de concert dans St-Michel. C’est notre façon de redonner en soulignant qu’on reconnait à quel point cette école a été importante dans notre cheminement artistique.

 Vous êtes très prolifiques : est-ce que vous travaillez déjà sur de nouvelles pièces?

Oui, plusieurs morceaux issus de notre création pour l’Opéra de Paris existeront peut-être sur album un jour. On pense aussi enregistrer un autre EP cet été.

Dear Criminals sera en spectacle le 2 février prochain à la Salle Désilets avec le Choeur de l’école secondaire Joseph-François Perreault. Première partie : Ponteix. Pour toutes les informations, c’est ici.

– Propos recueillis par Mélissa Pelletier

* Cet article a été écrit en collaboration avec la Salle Désilets.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI : 

  • Destination Chanson Fleuve 2018 : oiseaux rares recherchés