Susin Nielsen a fait ses premières armes en écriture en scénarisant de nombreux épisodes pour des séries jeunesse canadiennes, dont la populaire Degrassi Junior High. Depuis, elle s’est lancée avec succès dans l’écriture de romans pour les jeunes adultes. Les optimistes meurent en premier, son dernier ouvrage, prouve qu’elle sait écrire pour les jeunes sans tomber dans la facilité. Au contraire, son livre fait autant appel à leur intellect et à leur intelligence émotionnelle.

La narratrice de Les optimistes meurent en premier, Petula, vit de graves problèmes d’anxiété depuis la mort accidentelle de sa petite sœur. Elle sait que Maxine est morte par sa faute. Elle sait aussi que ses parents lui en veulent et qu’à cause d’elle, ils risquent de se séparer. Enfin, elle sait que la mort peut survenir à tout moment et que l’optimisme empêche de voir arriver les dangers. C’est pourquoi elle demeure alerte et évite les ascenseurs, les chantiers de construction, les poignées de mains nues, etc. Toutefois, c’est pour d’autres raisons qu’elle évite son ancienne meilleure amie, Rachel. Son univers commence à se transformer quand Jacob, un nouvel élève au bras bionique, s’immisce dans sa vie.

Non aux lunettes roses

Le livre aborde des sujets sensibles comme le deuil, l’anxiété et le sentiment de culpabilité, mais le tout n’est pas présenté à travers des lunettes roses ni ne sert de morale bonbon. On ne cherche pas à surprotéger les adolescents en leur apportant des réponses toutes faites, et c’est sans doute l’une des plus grandes forces du livre. Celui-ci ouvre la porte à la réflexion en montrant les difficultés que chacun, petit ou grand, peut rencontrer, et les différentes façons de les affronter. Les optimistes meurent en premier est un livre pour les adolescents, mettant en scène des adolescents, qui ne perd pas de vue que ces derniers sont en train de développer une pensée de jeunes adultes.

D’ailleurs, Susin Nielsen ne sous-estime pas non plus la capacité de ses lecteurs à comprendre des références culturelles. L’ouvrage est parsemé de liens avec la littérature et le cinéma, voire même avec la peinture :

J’ai fixé son visage un peu plus longtemps que nécessaire. Ses traits étaient légèrement de travers. Je l’aurais presque trouvé beau si on avait déplacé son nez un millimètre par ici et ses yeux, un millimètre par là. Il ressemblait plutôt à un tableau de Picasso, avant que Picasso se lance dans l’art abstrait à cent pour cent. » (p. 17-18)

Une méconnaissance des œuvres ne nuit aucunement à la lisibilité. Au contraire, les lecteurs curieux pourraient avoir envie de googler pour les découvrir. Le roman offre ainsi plusieurs occasions d’ouvrir ses horizons culturels.

En plus, l’écriture de Les optimistes meurent en premier va au-delà du sempiternel sujet-verbe-complément-point qu’on observe souvent en littérature jeunesse. L’auteure adopte un style simple et empreint d’humour auquel s’accolent par-ci par-là quelques figures de style qui s’accordent parfaitement à l’oralité de la narratrice : « Il a pris la boîte de kleenex que je garde près de mon lit et il s’est mouché en faisant un bruit de bernache du Canada. » (p. 87) ou encore « Même si j’ai déjà vu cette scène quelques fois, l’anxiété m’a bloqué la gorge comme une balle de caoutchouc dure. » (p. 126)

Enfin, sous son titre franchement réjouissant (oui oui), Les optimistes meurent en premier cache une belle réflexion sur la façon dont nos points de vue positifs ou négatifs orientent nos actions et notre façon d’appréhender le monde. Le roman montre que la vie n’est ni toute blanche ni toute noire, mais faite d’une multitude de nuances avec lesquelles il faut apprendre à être à l’aise.

Christine Turgeon

Les optimistes meurent en premier, Susin Nielsen, La Courte Échelle, 2017, 298 p.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :