Le conseil de la semaine, c’est un peu pour donner au suivant, pour écrire ce que Julie Gauthier aurait bien aimé lire quand elle était seule à son bureau de directrice générale de la coopérative Paradis (dans un vieux cinéma froid où la neige rentrait l’hiver), poste dans lequel elle portait tous les chapeaux: c’est elle qui posait l’abri tempo, qui gérait un débordement de toilette un 25 décembre et qui n’avait qu’une pomme et une orange pour Noël (seul le dernier item est fabulé). Aujourd’hui artiste (cinéaste-scénariste à temps partiel), directrice du Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent et à la vice-présidence du Réseau des conseils de la culture du Québec, Julie a envie de partager son savoir avec tous les travailleurs culturels et artistes de la relève qui ont besoin d’un coup de pouce pour le côté le plus plate (ou pas?) de la force : financement, développement de projet, marketing… Name it! À suivre tous les lundis.

Cette semaine, j’ai décidé d’écrire sur mon sujet de mémoire de maîtrise, question de me donner l’élan nécessaire pour m’y remettre. Bon ok, je vous entends déjà vous plaindre de l’aridité du sujet. C’est l’été qui s’en vient, les terrasses sont ouvertes. Est-ce qu’il est possible de jaser de sujets légers comme, par exemple : la manière de s’y retrouver dans l’avalanche de festivals partout au Québec, ou bien juste, pour ou contre le leggings portés comme pantalon au bureau?

Euh non, ici c’est du sérieux, c’est du lourd, même l’été. Je vais donc vous parler de la Théorie des parties prenantes(Stakeholder Theory)! C’est quoi? C’est la gestion des parties prenantes dans un projet. Par exemple, si vous voulez organiser un festival gothique dans un cimetière, il y a des chances pour que vous deviez convaincre quelques citoyens (et oui, des parties prenantes).

C’est qui exactement les parties prenantes d’un projet? Facile, ce sont tous les acteurs (ici, je parle d’acteurs dans le sens de « personne qui a une fonction dans le projet », et non pas de Ryan Gosling) qui sont influencés par un projet ou qui ont une influence sur ledit projet.

En gestion de projet, il est primordial d’accorder une attention (à des niveaux variables) aux différents types de parties prenantes qui composent l’environnement du projet. La pression sociale s’exerce de plus en plus sur les dirigeants d’entreprises et d’organismes qui doivent composer avec leur responsabilité auprès de ceux et celles qui peuvent être affectés de près ou de loin par leurs décisions.

En culture, nous devons aussi composer avec différents types de parties prenantes. Dans les organismes artistiques, nous avons les parties prenantes internes (employés, conseil d’administration) et les parties prenantes externes (public, utilisateurs, clientèle, subventionneurs, population, acteurs socio-économiques, médias).

Ce concept s’applique également aux artistes qui doivent composer avec ces différents types de parties prenantes. Je vous entends déjà monter aux barricades en scandant : « On ne peut pas plaire à tout le monde dans la vie, encore moins dans l’univers de la création artistique ». Vrai, vous avez totalement raison et là n’est pas le but. Cependant, il est important d’accorder une attention particulière à tout ce beau monde.

Dans tous les projets qui impliquent un investissement extérieur et une diffusion, il faut obtenir un appui massif de toutes les strates des parties prenantes. Tout ça commence par la base – les employés ou les bénévoles, le conseil d’administration, les membres – et se diffuse à l’ensemble des parties prenantes externes : les médias par leur couverture, la population par l’acceptabilité sociale qu’elle offre au projet, les utilisateurs, les subventionneurs par… et bien par leur appui financier. Tout ce joli monde va pousser dans le même sens (comme les poissons dans le filet du film Némo… Image hautement instructive j’en conviens, pour démontrer la force du nombre) pour faire débloquer le projet.

via GIPHY

Maintenant, comment obtenir un haut niveau d’adhésion de toutes les parties prenantes? Demeurez attentif, ce sujet sera à l’ordre du jour d’un prochain billet.

Julie Gauthier (qui blogue aussi ici)

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant. Remplissez le formulaire pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :