Crédit photo : Mia Baker

C’est une excellente question! C’est très rare qu’un enfant se réveille un matin en disant qu’il veut devenir vétérinaire ou travailleur culturel. Dans la réalité, ça se traduit par une variété impressionnante de parcours académiques.

Par exemple, si vous me posez la question, je répondrai que j’ai un cégep en langage médiatique, un bac en littérature, une maîtrise encore inachevée en création littéraire (Hubert Aquin hante encore mes nuits) et que je suis actuellement en train de me battre avec ma propension à la procrastination sur un mémoire en gestion de projet. Est-ce que j’ai puisé mes compétences sur les bancs d’école? Oui et non. Mes études en lettres m’ont très certainement donné des outils de rédaction (très utile pour les demandes de subvention) et développé mon sens critique. Pour ce qui est de la gestion de projet, comme je m’y suis mise après 6 ans de travail en culture, j’y ai surtout confirmé mes aptitudes naturelles (ou acquise avec les années) à la gestion de multitude de projets en simultané.

Mon travail, je l’ai surtout appris en le faisant. Avec ce que ça compte d’essais/erreurs, avance/recule. Je crois donc que la première qualité à posséder pour travailler dans le milieu culturel c’est une passion sans borne pour…la culture et une envie irrépressible de propager les bénéfices de baigner dans un univers culturellement nourrissant.

Crédit : Bram Naus

Oui, travailler en culture est une vocation. Le salaire, la stabilité, les avantages sociaux ne doivent pas être au sommet de votre pyramide de priorités. Si c’est le cas, passez votre chemin. Travailler en culture, c’est être à la merci des gouvernements en ce qui a trait au financement. Un jour vous avez du financement, le lendemain vous vivez des suppressions. Très peu d’organismes culturels offrent des systèmes d’assurances collectives et ne parlons même pas de régime de retraite. De toute manière, c’est quoi ça la retraite?

Je vous entends penser : mais pourquoi travailler en culture? Oui, il est vrai que les conditions salariales ne sont pas les meilleures et la sécurité d’emploi est précaire, mais c’est aussi un milieu immensément enrichissant. C’est plein d’humains ouverts d’esprits! Travailler en culture, c’est se construire un filet social, c’est être heureux de rentrer au travail, c’est faire quelque chose qui vous passionne. C’est souvent des horaires flexibles, une possibilité de conciliation travail/pratique artistique, c’est la plupart du temps du gros plaisir inspirant. Évidemment pas tout le temps, mais comme j’ai la chance de diriger un organisme, ce sont les lignes directrices que je m’impose pour créer le meilleur climat de travail possible.

Il existe de plus en plus de programmes académiques pour les gestionnaires culturels et c’est temps mieux. Le milieu culturel a ses propres règles qui ne sont pas les mêmes pour les entreprises privées ou même pour les autres types d’OBNL. Je ne peux donc que souhaiter que ces programmes se multiplient et contaminent le réseau des universités du Québec sur l’ensemble de la province. En attendant, rien comme la pratique!

Julie Gauthier

Le conseil de la semaine, c’est un peu pour donner au suivant, pour écrire ce que Julie Gauthier aurait bien aimé lire quand elle était seule à son bureau de directrice générale de la coopérative Paradis (dans un vieux cinéma froid où la neige rentrait l’hiver), poste dans lequel elle portait tous les chapeaux: c’est elle qui posait l’abri tempo, qui gérait un débordement de toilette un 25 décembre et qui n’avait qu’une pomme et une orange pour Noël (seul le dernier item est fabulé). Aujourd’hui artiste (cinéaste-scénariste à temps partiel), directrice du Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent et à la vice-présidence du Réseau des conseils de la culture du Québec, Julie a envie de partager son savoir avec tous les travailleurs culturels et artistes de la relève qui ont besoin d’un coup de pouce pour le côté le plus plate (ou pas?) de la force : financement, développement de projet, marketing… Name it!

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :