Crédit photo : Alexandre Godreau

On sillonne Charlevoix pour ses paysages prenants sur le fleuve. Qu’on respire le grand air ou qu’on retienne son souffle le temps de descendre la côte menant des Éboulements à Saint-Joseph-de-la-Rive, on trouve toujours quelque chose d’épatant dans cette petite région chérie des artistes. Tour d’horizon.

La maison du Bootlegger
110, rang du Ruisseau des Frênes, La Malbaie (secteur Sainte-Agnès)

La maison du Bootlegger offre une occasion hors du commun de se plonger dans l’ambiance hors-la-loi du temps de la prohibition. Cette maison a été construite en 1860, puis démontée et reconstruite à son emplacement actuel au début du XXe siècle par un gentleman américain. Celui-ci en a entièrement repensé l’intérieur afin d’en faire un labyrinthe truqué pouvant déjouer la curiosité des autorités.

Le temps d’une visite, le client d’aujourd’hui est invité à revivre cette époque de cachotteries et de grandes fêtes. Un guide fait traverser pas à pas le labyrinthe et en dévoile les astuces. Il nous mène ainsi tout en haut jusqu’à la grande salle réservée aux soupers spectacles. Pour le prix d’une table d’hôte, Joey Tardif et Le Bootlegger House Band font vibrer la baraque en écho aux soirées organisées du temps du gentleman américain…

La Poterie de Port-au-Persil
1001, Saint-Laurent, route 138, Saint-Siméon

La Poterie de Port-au-Persil est de celles dont on se souvient. D’abord, parce qu’elle est située sur un site enchanteur. Accessible par la route 138, elle a pour cour arrière un immense et magnifique terrain qui la sépare du chemin de Port-au-Persil, qui borde le fleuve. En découvrant le café et la terrasse qui y mènent, on a tout de suite envie de faire un arrêt dans cette cour. Vous n’avez pas le temps? Ce qu’on trouve à l’intérieur de cette grange typique du Québec des années 40 et 50 vaut à lui seul le détour : ce sont les œuvres de cinquante céramistes québécois qui sont exposées et mises en vente. Un festival de formes, de couleurs et de délicatesse.

Pour ceux qui souhaitent s’initier à l’art de la poterie, des ateliers (individuels ou en groupe) sont offerts pendant la saison estivale. Les autres pourront toujours visiter l’atelier, adjacent à la boutique, pour y découvrir les installations avec lesquelles travaillent les artistes. Il arrive d’ailleurs qu’on puisse observer les céramistes à l’œuvre…

Le Domaine Forget
5, rang Saint-Antoine, Saint-Irénée

Le Domaine Forget est un organisme qui se consacre à la musique et à la danse depuis plus de 40 ans. Sis sur un immense terrain surplombant le fleuve, il apporte l’inspiration à de nombreux artistes de la relève qui viennent y parfaire leur formation pendant l’été. Cette académie de musique et de danse est reconnue sur le plan international et se fait l’hôte, chaque année, d’un festival accueillant des grands noms d’ici et d’ailleurs. Lors de ce festival, le public est invité à assister à une trentaine de concerts et une dizaine de brunchs-spectacles, mais aussi à explorer le monde de la musique (classique ou jazz) et de la danse en prenant part aux nombreuses classes de maitre qui sont offertes lors de cette période.

Au printemps et à l’automne, le Domaine élargit son répertoire. Humour, chanson, théâtre, cinéma et productions jeunesse sont alors au rendez-vous.

La Maison Mère Baie-Saint-Paul
63, rue Ambroise-Fafard, Baie-St-Paul

Établie dans l’ancien ensemble conventuel des Petites Franciscaines de Marie, la Maison Mère Baie-Saint-Paul réunit plusieurs organisations autour des axes de l’enseignement, des arts et de la culture, de l’agroalimentaire, de l’entrepreneuriat, du développement durable et de l’hébergement. Une partie des 190 chambres du couvent ont ainsi été transformées en auberge de jeunesse, alors qu’un espace a été réservé à La Procure, un projet de co-travail. Le Mousse Café, le festival Rêves d’automne ainsi que des entrepreneurs et artistes y ont aussi élu domicile.

Un espace muséal, une chapelle et un immense jardin de trois hectares sont ouverts aux visiteurs qui veulent en apprendre plus sur l’histoire de la congrégation des Petites Franciscaines de Marie, qui a habité les lieux de 1891 à 2016, façonnant le paysage de cette localité charlevoisienne. La Maison Mère habite ainsi l’histoire en plus de se faire un lieu qui convie les gens et la créativité.

Bonnes découvertes!

– Christine Turgeon

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :