Crédit photo : Edwin Andrade

Déjà fin décembre? Entre les partys de Noël et les achats des Fêtes de dernière minute, on a tout de même pris le temps de faire le bilan de ce qui s’est fait en théâtre à Montréal en 2017. Voici 6 pièces qui méritent une mention (à notre humble avis) en ordre chronologique s’il vous plaît.

J’aime Hydro
4 au 13 avril 2017 à l’Usine C

« Si la pièce nous propose une piste de réflexion sur l’énergie verte, sur l’avenir écologique au Québec, sur les différentes réalités socio-économique qui nous séparent d’une région à l’autre, c’est aussi une splendide allégorie sur l’identité québécoise, sur nos devoirs de société et sur le dédouanement auquel nous avons si facilement recours. Il est difficile de ne pas être ému devant cet effort colossal de sortir de la léthargie collective et de poser un geste. Un geste de création contribuant à notre relation à tous. Il faut voir J’aime Hydro pour mieux se comprendre, se pardonner et se tourner vers l’avenir. Pour ceux qui ne pourrait assister au spectacle, sachez qu’il sera disponible en podcast. J’ai envie de croire que le dialogue sera entretenu et l’enquête ouverte à perpétuité. »Rose Normandin

Pour lire la critique complète, c’est ici.

Baby-Sitter
18 avril au 10 mai 2017 à La Licorne

« Avec Baby-Sitter, Catherine Léger propose un texte solide, plein d’aplomb, qui touche par la justesse voire l’actualité du propos. L’auteure parvient du même coup à nous faire rire à nous en mordre le dedans des joues. À la fois humbles et audacieux, les mots de Léger frappent là où ça fait mal, ou du moins, là où c’est sensible. »Garance Philippe

Pour lire la critique complète, c’est ici.

L’amour est un dumpling
2 au 19 mai 2017 à La Licorne

« Un pur divertissement hilarant interprété par deux comédiens qui manient admirablement bien le sens du punch. Le rythme ne tombe jamais à plat, au contraire : la fin semble arriver subitement alors qu’on prenait goût à voir ces deux comparses se chamailler. De plus, tout comme dans la première édition, Toutes les choses parfaites, la musique prend ici une place encore plus prédominante. Les deux interprètes chantent merveilleusement bien d’ailleurs, mais soulignons la voix sublime de Nathalie Doummar qui entonne Killing me softly et Stand by me d’une manière absolument charmante. Un excellent divertissement à un coût ridicule! Vite! »Edith Malo

Pour lire la critique complète, c’est ici.

Des arbres
25 septembre au 20 octobre 2017 à la Petite Licorne

« À aucun moment, l’attention du public ne tombe à plat devant ce dialogue qui déboule de façon ahurissante, percutante et touchante. Un texte inoubliable qui laisse perplexe et le souffle coupé. Des arbres, une pièce dont le succès ne cesse de rayonner. Trois ovations pour Cadieux et Denommée. À voir absolument. »Edith Malo

Pour lire la critique complète, c’est ici.

Doggy dans Gravel
29 août au 16 septembre 2017 au Théâtre Denise-Pelletier

Doggy dans Gravel from Théâtre Denise-Pelletier on Vimeo.

« Avec un sens du rythme impressionnant qui rappelle ceux des vidéoclips, l’auteur, metteur en scène et acteur – il a effectivement dû prendre la place de Steven Lee Potvin, in extremis -, met en place un univers tout à fait fascinant qui aborde de front la culture populaire, l’hypersexualisation et le virage (ou l’envahissement) numérique. Véritables clichés, les personnages dressent un portrait sombre, mais hilarant, de leur génération frénétique. »Mélissa Pelletier

Pour lire la critique complète, c’est ici.

Je disparais
26 septembre au 21 octobre 2017 au Théâtre Prospero

« Superbe représentation de la nature humaine en temps de crise, Je disparais peut se transposer sur de nombreuses guerres ou conflits politiques. Au fil des situations, des difficultés qui apparaissent, les différents protagonistes auront à faire des choix déchirants. Et parfois, pas tant. Avec détachement, si ce n’est même froideur, certains feront tout pour survivre. Peu importe à quel point ils ont pu aimer ceux qu’ils laissent derrière. Mine de rien, ça fait réfléchir sur nos propres réactions possibles. Nous ne sommes que des humains, après tout. »Mélissa Pelletier

Pour lire la critique complète, c’est ici.

– L’équipe du webzine Les Méconnus

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :