Keith Kouna / Photo : Olivier Dénommée

Personne ne pourra dire que 2017 n’a pas été une année chargée en musique – en bonne musique, surtout! –, mais l’exercice de désigner les meilleurs spectacles auxquels on a assistés de l’année, lui, est particulièrement périlleux. Voici tout de même notre tentative très modeste de souligner dix artistes qui nous ont marqués sur scène cette année.

Beyries

Alors que l’artiste était encore une pure inconnue il y a un an et demi, 2017 a vraiment été son année pour briller sur toutes les scènes. D’ailleurs, les membres des Méconnus l’ont vue sur scène à pas moins de quatre occasions cette année. Son moment le plus mémorable? Aisément le Club Soda le 15 septembre, dans le cadre de POP Montréal! Alors que l’artiste est habituée aux formules intimes seulement flanquée de sa choriste Judith Little-Daudelin, avouons que de la voir en full band devant une salle pleine à craquer de gens qui connaissaient presque toutes ses chansons par cœur, ça ne pouvait être qu’une très bonne soirée! (Olivier Dénommée)

Photo : Olivier Dénommée

Buddy Guy, Charlie Musselwhite, Steve Hill/Matt Andersen

J’ai beau relire ma critique écrite sur le spectacle mettant en vedette quatre grosses pointures du blues, mais je ne vois rien à redire sur ce spectacle mythique à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. Ça s’est passé le 30 juin, et pourtant, j’en ai encore des frissons à remémorer Buddy Guy qui joue un solo endiablé en faisant le tour de la salle. Un spectacle comme ça, il ne s’en fera fort probablement jamais d’autre. (Olivier Dénommée)

Buddy Guy / Photo : Mauricio Santana

Daniel Bélanger

Daniel Bélanger a gagné le Félix Spectacle de l’année – auteur-compositeur-interprète cette année, et c’était bel et bien mérité. Le show associé à Paloma nous rappelle qu’il est toujours un artiste particulièrement drôle et qu’il a toujours le sens pour les compositions accrocheuses en plus de montrer le même plaisir à rejouer ses classiques eux-mêmes âgés de près de 25 ans. La petite vidéo d’introduction de spectacle et d’entracte pouvait laisser perplexe sur le coup, mais avec le recul, on réalise qu’elle était nécessaire pour bien détendre le public, ce qui a permis de le rendre plus réceptif que jamais. (Olivier Dénommée)

The Descendents

Le 7 septembre au Métropolis (pardon, au MTELUS!), j’ai momentanément subi une transformation qui m’a ramenée en 1996, à mes 16 ans. Vous dire le plaisir que j’ai eu… Milo et sa troupe étaient en grande forme, la setlist parfait, ma voix elle disparue et mes cheveux en bataille. Mémorable! (Mona Lacasse)

Photo : Mona Lacasse

Gypsy Kumbia Orchestra

Si ce que j’avais vu au Théâtre Rialto le 17 novembre ne m’avait pas laissé bouche bée pendant plusieurs jours, j’aurais publié dans ces pages une longue critique relatant les moments inoubliables créés par le Gypsy Kumbia Orchestra qui célébrait en grande pompe ses cinq années d’existence. Une musique festive, des numéros de danse qui se mêlent parfaitement à l’ensemble, du cirque comme on en voit peu, et une énergie qui ne laisse personne indifférent. Même si j’ai dû quitter, un peu à contrecœur, à la fin du second set sur trois (peu après minuit, tout de même), je peux affirmer sans hésiter que cette spectacle n’était pas une de mes meilleures soirées de 2017, mais bien à vie. Longue vie au GKO! (Olivier Dénommée)

Photo : Adelaida Pardo

Ibeyi

« Affirmer qu’Ibeyi a le sens du rythme serait un pléonasme après avoir vu le concert des sœurs musiciennes au Théâtre Corona […] Il est presque indescriptible, ce petit quelque chose qui ensorcelle chez ce duo de jumelles franco-vénézuéliano-cubaines venues réchauffer la foule montréalaise. » Bref, la performance montréalaise du 6 novembre a été plus que concluante! (Ambre Sachet)

Katerine

« Le public enthousiaste s’est vu offrir un feu roulant de chansons, de blagues, de déconnage dans la plus grande tradition de Philippe Katerine. On a eu droit à un cours d’introduction aux instruments de musique, à un épisode de paranoïa, à une séance de piano joué par génitalité, à une marionnette d’hérisson trépassé (probablement celui de la chanson Papa),et certains spectateurs (homme et femmes) ont même eu droit à des bisous. Le rire était constant, la joie au rendez-vous. […] Généreux, drôle et spontané, Katerine est encore plus savoureux sur scène que sur enregistrements. Un excellent remède contre la grisaille du quotidien. » Difficile de ne pas réserver une place à l’excentrique Katerine sur cette liste après cette performance du 9 juin au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts! (Rose Normandin)

Photo : Benoit Rousseau / Les FrancoFolies de Montréal

Keith Kouna

2017 était une excellente année pour Keith Kouna, qui lançait un nouvel album percutant, Bonsoir shérif. On a surtout eu deux occasions majeures de l’entendre défendre son matériel sur scène : à Agrirock (où il présentait en primeur son nouvel album) et en ouverture du CCF. « Kouna ne se contente d’ailleurs pas d’enfiler les chansons : il crée plutôt un univers complet, riche, rentre-dedans », notait Mélissa au CCF. « La foule semblait accueillir avec le même plaisir les chansons inédites et les classiques de Kouna. Ce dernier a d’ailleurs admis avoir très peu dormi récemment, parce qu’il vient d’accueillir un mini-Kouna », mentionnait de son côté Olivier en conclusion d’Agrirock. Et tout ça, c’est sans parler de son passage remarqué dans l’hommage réservé à Richard Desjardins, présenté cet été. (Olivier Dénommée et Mélissa Pelletier)

Keith Kouna en plein crowdsurfing à Agrirock / Photo : Olivier Dénommée

Philippe B

« Philippe B à la Cinquième Salle de la Place des Arts. Ça ne pouvait qu’être extraordinaire, n’est-ce pas? Dans le mille. L’auteur-compositeur-interprète nous a offert une soirée de toute beauté », mentionnait-on d’entrée de jeu dans nos pages au lendemain de son spectacle du 17 octobre. « Si le répertoire de Philippe B est solidement efficace sur album, il s’avère encore plus incontournable en spectacle. Accompagné sur scène par Laurence Lafond-Beaulne (la moitié de Milk & Bone) et de Guido Del Fabbro, l’artiste a livré des versions encore plus douces de ses compositions dans un silence quasi-religieux. » Un incontournable! (Mona Lacasse et Mélissa Pelletier)

Serena Ryder

Ceux qui aiment Serena Ryder en ont toujours pour leur argent en la voyant en spectacle. Ma seconde expérience live, au dernier FIJM, a été presque aussi concluante que la première, il y a déjà quatre ans. Équipée d’un nouvel album entraînant et très convaincant, elle a su présenter avec autant d’aplomb ses prochains hits et ses « classiques », version réinventée. Petit coup de cœur : « Et au milieu de ce set hyper chargé (rappelons-le, sept personnes sur scène!), Serena s’est assise, seule, avec sa guitare et un verre de vin rouge (qu’elle a demandé en français pour l’occasion), pour une portion acoustique fort appréciée. Son classique Weak in the Knees a donné lieu à bien des frissons, alors que des dizaines de spectateurs la connaissaient par cœur et ajoutaient leur intensité à celle de la chanteuse. » (Olivier Dénommée)

Photo : Jimmy Fontaine

– L’équipe du webzine Les Méconnus

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :