Qu’est-ce qui nous a accroché côté cinéma cette année? Si le choix ne manquait pas, plusieurs films ont par contre réussi à sortir du lot. Retour sur 5 films marquants de 2017, sans ordre précis!

November

« Un film qui se dévore des yeux, où chaque plan est méticuleusement composé, pour donner vie aux éléments et permettre un véritable déracinement. Un voyage dans une Estonie d’un autre temps, un voyage au pays des morts, des promesses déçues et des amours impossibles. S’alliant à ces images, la conception sonore minimaliste mais efficace de Janaszek vient ajouter un peu de relief à un univers déjà riche. »Rose Normandin

Pour lire la critique complète, c’est ici.

The Endless

« La chimie des acteurs-réalisateurs est palpable, ce qui rend leur conflit encore plus crédible. Benson et Moorhead réussissent à créer un univers intriguant dont on devine quelques ficelles sans jamais les voir. Tout n’est pas complètement expliqué, ce qui frustrera sûrement certains, mais il y a juste assez d’information pour stimuler l’imagination et des conversations qui suivront le visionnement. À cheval entre la science-fiction et le film de suspense, The Endless crée une expérience narrative assez singulière, et annonce aux deux jeunes réalisateurs un avenir prometteur dans le cinéma du genre. »Boris Nonveiller

Pour lire la critique complète, c’est ici.

Ma Loute

« Véritable réussite fantaisiste, Ma loute est une continuité à P’tit Quinquin, le premier essai burlesque de Bruno Dumont pour Arte. Cette fois, la mise en scène est encore plus barrée. Une comédie française d’une bizarrerie exceptionnelle – pas forcément celle que vous attendez – qui traite d’importants sujets de société, dans lesquels vous vous retrouverez peut être. »Marina Seuve

Pour lire la critique complète, c’est ici.

P.S. Jerusalem

« Le propre d’une œuvre documentaire est la distanciation qu’elle incombe à son sujet. P.S. Jerusalemenvoie valser les règles du genre en sautant à pieds joints dans le récit personnel d’un retour aux sources dont la prise de position est assumée par une caméra subjective. Fidèle à sa pâte héritée d’un cinéma de l’intime, Danae Elon livre une chronique saisissante de son retour à Jérusalem par lequel un fossé se creuse pourtant avec ceux qu’elle filme, ses proches. En cause, cet œil nécessaire mais omniprésent. » –  Ambre Sachet

Pour lire la critique complète, c’est ici.

Good Time

« Les frères Safdie livrent un véritable tour de force en réunissant, en parfaite osmose, les stéréotypes du film de genre et une critique sociale nuancée qui ne craint en aucun moment ses paradoxes et ses écueils. Le dénouement, se posant en antithèse à la quête des personnages, refuse au spectateur la facilité. La beauté ne se trouvera pas ici dans la révolte, encore moins dans la victoire, mais bien dans le grotesque devenant, face à une société qui utilise la force de l’ordre pour maintenir dans l’impasse et la violence ceux qui s’y trouvent, la seule arme pour se réclamer de son humanité. »Katherine Raymond

Pour lire la critique complète, c’est ici.

– L’équipe du webzine Les Méconnus

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :