Annonce publiée dans la section babillard

LES LAURÉAT-ES DES PRIX DE LA FONDATION DU CENTRE DES AUTEURS DRAMATIQUES 2017 SONT DÉVOILÉ-ES!
La Fondation du Centre des auteurs dramatiques (CEAD) a dévoilé aujourd’hui les lauréat-es 2017 de ses prix.

PRIX MICHEL-TREMBLAY
pour le meilleur texte dramatique créé à la scène

Le Prix Michel-Tremblay a été remis à CHRISTINE BEAULIEU pour son texte J’aime Hydro.

Créé dans le but de reconnaître l’effervescence et la grande qualité de l’écriture dramatique, le Prix Michel-Tremblay récompense le meilleur texte créé à la scène durant la saison précédente. Le lauréat ou la lauréate reçoit une bourse de 20 000$, dont 10 000$ sont versés par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et 10 000$ sont versés par la Fondation du CEAD. Monsieur Michel Tremblay contribue financièrement à la réalisation de ce prix.

Le jury, présidé par l’auteur Pascal Brullemans, était composé de la metteure en scène et comédienne Lise Castonguay, du comédien et metteur en scène Frédéric Dubois, du comédien Iannicko N’Doua et de l’auteure et comédienne Marie-Claude St-Laurent.

« J’aime Hydro est une œuvre d’exception à plusieurs égards. Non seulement la démarche et le résultat mettent la barre haute en matière de théâtre documentaire au Québec, mais le texte en soi est captivant, instructif et émouvant. La dramaturgie de l’œuvre témoigne à la fois des qualités d’écriture de l’auteure et des choix judicieux qu’a demandé l’alliage entre recherche et création, entre vulgarisation et récit. Le regard introspectif et autocritique que porte l’auteure sur son processus, et donc l’œuvre sur elle-même, permet d’articuler habilement l’intime et le politique tout en menant une réflexion active sur l’art documentaire en soi. Le personnage de Christine prend des allures de véritable héroïne moderne, complexe et en pleine transformation, sollicitant tour à tour notre sensibilité, notre intelligence, notre capacité et notre volonté de nous remettre en question, de nous mettre en action. Cette pièce nous a semblé être une nécessité dans le paysage québécois actuel: tous et toutes devraient la lire ou la voir, pour en tirer autant des bénéfices citoyens que des plaisirs artistiques. »
Les autres finalistes étaient SÉBASTIEN DAVID (Dimanche napalm), SUZANNE LEBEAU (Trois petites soeurs), CATHERINE LÉGER (Baby-sitter) et DAVID PAQUET (Le brasier).

PRIX LOUISE-LAHAYE
pour l’écriture dramatique jeune public

Le Prix Louise-LaHaye a été remis à SÉBASTIEN DAVID pour son texte Les Haut-Parleurs.

Ce prix souligne l’excellence d’un texte jeune public créé à la scène. Rappelons que le concours du Prix Louise-LaHaye 2017 s’adressait aux textes pour adolescents créés au cours des saisons 2015-2016 et 2016-2017. Le lauréat ou la lauréate du prix remporte une bourse de 10 000$ ainsi que le titre d’auteur-e associé-e à la Maison Théâtre pour une année.

« Les Haut-Parleurs touche d’emblée par la justesse émouvante de ses personnages, par la grande capacité d’évocation de sa langue et par son ton, tour à tour ludique et grave, proposant une fiction jouant habilement sur les attentes inconscientes du lecteur/spectateur. Dans ce texte troublant de Sébastien David, tout est pensé, réfléchi, mais en laissant une grande place aux mystères de ses trois personnages, des figures fortes et complexes déstabilisées par la situation qui les confronte. Structurée de façon morcelée, cette pièce exige du spectateur de construire lui-même les liens entre les différentes dimensions de cette histoire où s’entrechoquent l’amitié, le désir, les préjugés, la transmission du sens, l’exclusion sociale, les tourments de la trahison, l’appel de la création et l’ombre de la foi. »
Le jury, présidé par l’auteur Louis-Dominique Lavigneétait composé de Linda Brunelle, conceptrice de costumes et de décors, et de Sharon Ibgui, comédienne.

Les autres finalistes étaient MARIE-ÈVE MILOT et MARIE-CLAUDE ST-LAURENT (Débranchée (Unplugged)) et LARRY TREMBLAY (Le garçon au visage disparu).

PRIX GRATIEN-GÉLINAS
pour la relève en écriture dramatique

Le Prix Gratien-Gélinas a été remis à RACHEL GRATON pour son texte La nuit du 4 au 5.

Le Prix Gratien-Gélinas est le plus important prix canadien décerné aux auteur-es dramatiques francophones de la relève, et ce, grâce au soutien de Québecor. Il est constitué de la Bourse Françoise-Berd d’un montant de 10 000$, destinée à l’auteur-e, ainsi que d’un montant de 15 000$, remis à la compagnie théâtrale qui portera le texte à la scène. De plus, le CEAD produit une lecture publique du texte lors de son festival Dramaturgies en Dialogue*. Une bourse de 1 000$ est également remise à l’auteur-e qui reçoit une mention.

Le jury, présidé par l’auteure Geneviève Billette, était aussi composé de l’auteur, metteur en scène et comédien Christian Lapointe et du metteur en scène et comédien Sasha Samar.

*Puisque La nuit du 4 au 5 a été programmée au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui cet automne, la pièce n’a pas fait l’objet d’une lecture publique lors de Dramaturgies en Dialogue.

« L’auteure réussit une plongée sensible et complexe dans un sujet important, trop souvent relégué à l’anecdotique ou au scabreux. Elle nous offre une version démultipliée du réel, une véritable partition théâtrale dont on devine chaque signe soigneusement choisi. Elle nous entraîne dans une enquête où se mêlent habilement le banal et le tragique, où elle se joue des préjugés et où les morceaux de bravoure ont comme contrepoint un ludisme maîtrisé. En abordant la question de l’agression dans une forme aussi riche et aboutie, l’auteure parvient réellement à mettre en jeu l’« être ensemble » d’aujourd’hui – celui de la salle de théâtre comme celui des villes que nous habitons. »
Le jury a retenu un autre texte pour sa qualité d’écriture et lui a décerné une mention spéciale, soit Schefferville pendant l’extinction de la race blanche ou Le carnaval indien de l’Orphelinat des Monstres de BENJAMIN PRADET«Il s’agit d’une proposition dramatique brillante et audacieuse. La langue est d’une splendeur, le mélange des temporalités est astucieux: cet auteur est visiblement en train de trouver une forme artistique de qualité et d’envergure pour réfléchir au Québec d’aujourd’hui et en faire un joyeux procès, fort nécessaire», avance le jury. L’auteur recevra une bourse de 1 000$.

REMISE DES PRIX

La remise des prix, animée par SIMON BOULERICE, s’est déroulée le 27 novembre au Monument-National et a été ponctuée d’une lecture d’extraits des textes finalistes sélectionnés par GUILLAUME CORBEIL et lus par les comédiens DANY BOUDREAULT, GUILLERMINA KERWIN, DIDIER LUCIEN et LEÏLA THIBEAULT LOUCHEMdans une mise en lecture de GEOFFREY GAQUÈRE.

LA FONDATION DU CEAD

Créée en 1985 par le Centre des auteurs dramatiques (CEAD), la Fondation du CEAD a pour mission de favoriser le développement de l’écriture dramatique francophone et du théâtre au Québec et au Canada, de mettre en valeur les réalisations et les réussites dans ce domaine, de mieux les faire connaître et apprécier, et d’y intéresser le public.

L‘objectif principal de la Fondation du CEAD est de récolter des fonds afin d’encourager concrètement les auteur-es à écrire et à inciter les théâtres à produire ces textes. Aujourd’hui, grâce aux dons et commandites récoltés depuis ses débuts, une somme de 669 000$ a pu être distribuée, dont un montant de 394 000$ à 55 auteurs, et 275 000$ à 22 compagnies de théâtre.

Source, renseignements
Valérie Bilodeau, responsable des communications,
Centre des auteurs dramatiques (CEAD)
communications@cead.qc.ca | 514 288-3384 poste 224

LA FONDATION DU CEAD REMERCIE SES PRÉCIEUX PARTENAIRES ET PRINCIPAUX DONATEURS

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI : 

  • ENTREVUE – « Warda » : quête de sens au Prospero