Crédit photo: La Licorne

Cet enfant à venir, Aude en parle déjà comme si c’était un syndrome plutôt qu’un individu : « Je veux garder Trisomie juste parce que j’ai envie  que le monde dise que je suis courageuse de faire ça. C’est dégueulasse […] Je vais aller me promener dans des émissions comme La Voix en paradant mon enfant chinoise blanche souriante. »

Que faire quand l’avortement d’un enfant trisomique demeure encore un choix envisageable? Quoi choisir entre le rôle de mère et la carrière? Qu’est-ce que la réussite et l’accomplissement au féminin en 2017? Pour aborder ces sujets délicats,  Les Biches pensives ont fait appel à l’auteure Rébecca Déraspe pour écrire Gamètes, une pièce  foisonnante de réflexions où les opinions s’entrechoquent, créant des tensions entre deux amies d’enfance, Aude et Lou, interprétées respectivement par Dominique Leclerc et Annie Darisse. En codiffusion avec La Manufacture, la pièce est présentée à La petite Licorne jusqu’au 24 mars.

La comédienne Sophie Cadieux signe ici une mise en scène touchante d’une soirée où tout risque de basculer. Aude, ingénieure civile de profession, est enceinte d’un enfant trisomique. Lou, journaliste et féministe engagée tente de la dissuader de garder l’enfant à coup d’opinions tranchantes, insistant sur l’ambition avant tout, sur la carrière comme gage d’épanouissement, d’accomplissement. Prônant l’égalité hommes-femmes, Lou souligne l’acharnement de Aude dans une profession destinée en majeure partie au sexe masculin. Elle insiste sur les risques de perdre un emploi hautement valorisé dans la société et sur les probabilités de se retrouver seule à élever son enfant. Aude défend corps et âme le droit à la vie de ce petit être jusqu’à douter et questionner ses propres motivations sous-jacentes.

Alternant entre le passé (de leur première rencontre à la garderie jusqu’à l’adolescence et l’âge adulte), la pièce permet de saisir les personnages dans toute leur complexité. Leur relation d’amitié est convaincante, malgré les paroles cinglantes qu’elles s’échangent et les coups bas d’autrefois. Si le ton est incisif et que les répliques ne manquent pas de mordant, donnant lieu à de nombreux  fous rires,  le dénouement est pour le moins surprenant. Une histoire enfouie remonte à la surface sous un angle pour le moins inattendu. Le personnage de Lou expie la vérité sous les airs lancinants de DJ Ghislain Poirier. La montée dramatique de la musique jusqu’au silence intrusif qui dénude promptement la vérité laisse place à un moment particulièrement saisissant. Annie Darisse y livre une prestation qui aura sûrement décroché quelques larmes aux spectateurs. Du moins, dans mon cas, j’ai fondu en larmes.

Bref, Gamètes est une pièce qui ne se veut aucunement moralisatrice et qui ne présente aucune réponse définie. Cependant, force est d’admettre qu’elle alimente une réflexion autour de plusieurs thèmes décisifs, et ce, de façon stimulante, engageante et cocasse.

Edith Malo

Gamètes de Rébecca Déraspe, production Les Biches pensives en codiffusion avec La Manufacture, présentée au Théâtre La Licorne du 27 février au 24 mars 2017. Pour toutes les informations, c’est ici.