Crédit photo: Courtoisie Festival de Jazz de Montréal

C’est mardi qu’a enfin été dévoilé le gagnant du Grand Prix de Jazz TD, LE concours – appelé Concours de Jazz avant 2010 – qui permet depuis 1982 de dévoiler au public les talents de la scène jazz émergente. ROULEMENT DE TAMBOUR. Cette année, c’est Brad Cheeseman Group qui a eu la chance de monter sur la Scène TD dans le cadre du Festival de Jazz de Montréal, question d’offrir aux festivaliers un tour d’instruments jazzé à souhait.

Brad Cheeseman Group, c’est qui? C’est quoi? Des humbles descendants de Richard Cheese, des fans assumés de fromage ou des musiciens d’une nouvelle vague jazz bien fromagé? Que nenni: c’est plutôt un groupe formé en 2012 autour du compositeur, bassiste et arrangeur Brad Cheeseman, qui nous vient tout droit de Toronto.

Avec son jazz moderne, le Brad Cheeseman Group – qui dit aussi toucher au R&B et au rock – attire beaucoup l’attention depuis sa création. En plus de remporter le prix du meilleur album instrumental en 2013 au Hamilton Music Awards, la formation a plus de nominations derrière la cravate qu’il n’en faut pour toutes les nommer. Impressionnant pour un groupe qui n’a qu’un album à son actif.

Sur la Scène TD, sur le coup de 18h, sous le soleil et dans l’oreille des premiers festivaliers aveuglés de la soirée aux mains plaquées sur le front en guise de palette de casquette, Brad et ses complices Lorenzo Castelli (batterie), Robert Chapman (guitare), Sam Kogen (piano) et Chelsea McBride (saxophone ténor) ont déployé sans failles ni anicroches leur matériau objet de curiosité. La démarche de Cheeseman est rigoureuse et ses partenaires méticuleux, chacun capable de faire le récit de faits d’armes instrumentaux sans nuire au scénario original échafaudé par le brillant bassiste compositeur.

Les jazzophiles en quête de relève vigoureuse peuvent d’ores et déjà faire relâche et s’abreuver un moment aux idées fraîches du jeune homme.

Le Grand Prix de Jazz TD garantissant une invitation sur la grille de programmation du FIJM 2017, on se donne rendez-vous l’an prochain pour tenir à l’œil le mûrissage de ce qui s’annonce prometteur. Après tout, les meilleurs fromages ne s’affinent-ils pas avec l’âge?

– Mélissa Pelletier et Nicolas Roy